recyclage everest

Le recyclage des déchets de l’Everest a débuté !

Sur le versant népalais de l’Everest, une équipe financée par les autorités a récolté quelques 10 tonnes de déchets. Ils ont été récupérés au camp de base mais aussi sur des camps d’altitude. D’après un alpiniste cette saison, de tous les camps, seul le camp IV ressemble encore à « une décharge ». Les autres sont plus propres qu’ils ne l’ont jamais été. Le camp IV est situé à presque 8.000 mètres. Aux portes de la zone de la mort, il concentre encore quantité de cadavres de bouteilles d’oxygène métalliques et autres déchets. Plus difficilement accessibles que les autres, il nécessitera encore un nettoyage poussé. Il faut dire que la fonte des glaces découvre année après année des déchets plus anciens.

Lire aussi : l’Everest est-il toujours une poubelle ?

Une équipe de 14 grimpeurs a ainsi travaillé pendant 6 semaines pour descendre ces tonnes d’ordures. Si une partie des sacs n’a pu être descendue du Camp IV en raison du mauvais temps, l’essentiel des ordures récoltées par les népalais a pu rejoindre la vallée du Khumbu. Mais le travail ne s’arrête pas là. Dandu Raj Ghimire, responsable du Département du Tourisme népalais confirmait dans une interview : « nous avons récupéré ces déchets, mais en faire quelque chose est très important ».

50% des grimpeurs ne redescendent pas leurs déchets

Parmi les déchets récupérés, une partie a été héliportée jusqu’à Katmandou. Le reste a descendu la vallée du Khumbu pour être chargé sur des camions et rouler jusqu’à des décharges de la région. Parmi ce qui peut être recyclé, il y a beaucoup de métal, d’aluminium, de verre… ces matériaux pourront facilement être recyclés. Ce que le Népal n’est pas en mesure de valoriser sera épandu dans des décharges à ciel ouvert.

Au début des années 2010, le Népal avait mis en place une caution pour préserver l’Everest des déchets. Chaque expédition devait payer l’équivalent de 3.500 €. Si elle redescendait de la montagne avec 8 kg de déchets par grimpeur, la caution était restituée. Aujourd’hui, seulement « la moitié des grimpeurs jouent le jeu » et descendent leurs déchets.

Lire aussi : Everest Nord (Tibet) : moins de permis mais un grand nettoyage de printemps

Illustration  © SPCC

Eric T.

Eric, spécialiste de l'univers de la montagne, a mis son baudrier et ses crampons de côté pour rédiger des articles pour : Altitude.news. Business, Nature et Alpinisme sont les trois rubriques principales dans lesquelles vous pouvez retrouver ses articles. Ce montagnard d'adoption est à l'affût d'histoire et d'anecdotes insolites à partager avec ses lecteurs. Pour le contacter directement : eric@altitude.news !

Voir tous les articles de Eric T. →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *