montagne altitude default

Pyrénées : Les ourses de Monsieur Hulot

Le ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a évoqué une possible réintroduction de plantigrades dans les Pyrénées. Il vise le retour de deux femelles dans les Pyrénées Atlantique. A ce jour, le massif franco-espagnol ne compte plus que quelques spécimens : dans la zone concernée, il n’y aurait plus que deux mâles. Le denier lâcher de ce type date d’il y a 12 ans. Mais les résistances sont nombreuses face à ce type d’actions et le ministre à d’ores et déjà mandater le préfet avant qu’il fasse tout pour « organiser un dialogue pour réussir cette réintroduction ».

Et c’est peu dire que le sujet crispe mais Hulot n’en démord pas. Sans ce type d’actions, les ours seraient promis à la disparition dans cette zone des Pyrénées. « je ne veux pas être le ministre qui assiste à la disparition de cette lignée » a-t-il affirmé.

Les ours pyrénéens viennent de Slovénie. Ils ont tous été introduits par l’homme. En 1996 et 1997 lors d’une première phase puis en 2006. AU total, sur l’ensemble du massif, c’est une petite quarantaine de bêtes qui vivent paisiblement. Paisiblement ? Ce n’est pas l’avis des éleveurs qui craignent pour leurs troupeaux. En septembre 2017, un « commando » très déterminé avait annoncé dans une vidéo vouloir reprendre la chasse à l’ours, en Ariège. Rappelons que la peine encourue peut aller jusqu’à 5 ans de prison et 75.000 € d’amende pour toute destruction d’un spécimen protégé comme l’ours.

Début mars, le tribunal administratif de Toulouse avait condamné l’Etat. Suite à la plainte de plusieurs associations de défense des ours, la justice avait pointé du doigt le manque d’effort visant à garantir la protection de l’espèce. « La carence des autorités nationales face à cette obligation constitue une faute de nature à engager la responsabilité de l’État » avait écrit les juges.

Hommage à l’ourse Cannelle en musique

Tuée en 2004 par un chasseur, Cannelle était une représentante emblématique des ours des Pyrénées.

Illustration : © COP Paris

Eric T.

Eric, spécialiste de l'univers de la montagne, a mis son baudrier et ses crampons de côté pour rédiger des articles pour : Altitude.news. Business, Nature et Alpinisme sont les trois rubriques principales dans lesquelles vous pouvez retrouver ses articles. Ce montagnard d'adoption est à l'affût d'histoire et d'anecdotes insolites à partager avec ses lecteurs. Pour le contacter directement : eric@altitude.news !

Voir tous les articles de Eric T. →

Une réflexion sur « Pyrénées : Les ourses de Monsieur Hulot »

  1. En matière de population d ours et d accès pour les humains à la montagne le constat est clair.
    Je détiens un document émis par le F I E P association pour l ours.
    Il y est indiqué qu’il “faut fixer les masses (les randonneurs et autres )gérer, canaliser,orienter ces masses loin des habitats de l ours des 1000 mètres d altitude.
    Il est proposé des sentiers d interprétation guides ,des approches de la nature :toute la famille marché pied nus les yeux bandes sur un sentier.une après midi dans la petite maison des gnomes pour appréhender la vie sauvage.
    Tout est vrai.
    L ours réintroduit en Pyrénées l est non au titre de l espèce en danger tel que on le faire croire à l opinion publique mais en temps qu espèce parapluie (site internet)
    Le rôle de l ours est ,au titre de sa protection ,de vider la montagne des humains
    Lien sabine matraire hommage à Gilbert Simon la gazette des grands predateurs numéro 44 page 10
    Berger et accompagnatrice en montagne .
    Urgent de s opposer à un ours parapluie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *