Dernières innovations pour éloigner les loups des troupeaux

A l’heure où les pouvoirs publics remettent le dossier de la prédation sur la table, les éleveurs continuent d’expérimenter des innovations en matière de protection des ovins. Entre le collier anti-loups, une nouvelle espèce de chien ou encore les vaches de combat ; toutes les idées sont bonnes pour éloigner les loups des troupeaux. A ce jour pourtant, aucune idée ne semble vraiment efficace et le loup rôde

Le collier anti-loup

Il y a quelques années, un collier connecté permettait de prévenir le berger qu’il se passait quelque chose de bizarre dans le troupeau. C’était alors à lui de sortir de la bergerie et de faire face au loup. Un collier d’un type nouveau est en expérimentation depuis plus d’un an. Lorsqu’un prédateur approche, le collier enregistre une forte variation dans la fréquence cardiaque du mouton. Immédiatement, il se met à émettre un ultra-son puissant qui incommode le loup. Pour finir de l’effrayer, une série de LED accrochées au collier clignotent. Les ultra-sons font bien fuir les souris, pourquoi pas les loups ?

Le Kangal, ou berger d’Anatolie

Il est notamment utilisé en Turquie, son pays d’origine, pour surveiller les troupeaux et effrayer les éventuels prédateurs. Un mâle peut facilement peser plus de 60kg et son surnom « le lion d’Anatolie » ne laisse pas beaucoup de place au doute. C’est un colosse. L’espèce a quitté la Turquie au début des années 1960, pour se retrouver dans des élevages américains ou encore australiens. Dans certains troupeaux de montagne, il prend la place du Patou, parfois décrié pour son manque d’efficacité. Il faut dire que le Kangal n’est pas un chien de dissuasion, il n’hésite pas à attaquer le loup si celui-ci se présente. Rien n’effraie cette espèce de chien. En Namibie, les éleveurs les utilisent pour faire fuir… les guépards ! Quant aux promeneurs, ils seront bien avisés d’être aussi prudents qu’avec un Patou, tant leur réaction peut-être agressive.

EN VOIR PLUS > Kangal vs Guépard

La vache d’Hérens

Originaire du Valais, ce bovidé est bien connu des « combats de Reines » des estives suisses. Cette vache a un tempérament agressif, dès le printemps elle est prête à en découdre. Il ne faut pas beaucoup la pousser pour qu’elle se batte avec ses congénères. Les éleveurs d’Hérens sont formels, les loups feraient moins les malins face à leurs vaches. Pourtant cette race est très peu présente en France, les AOC de certains fromages étant très strictes sur les vaches autorisées. Si quelques exemples d’Hérens protégeant des troupeaux ont été recensés, il s’agissait de troupeaux de vaches… La cohabitation avec les ovins ne semble pas si évidente.

Illustration Vaches d’Hérens © Christof Berger

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here