bouquetin bargy

La justice au secours des bouquetins de Haute-Savoie…

Depuis plusieurs années, des abattages de bouquetins ont régulièrement lieu dans le massif du Bargy. Au prétexte qu’ils pourraient être porteurs d’une maladie. La justice vient de retoquer un arrêté préfectoral les autorisant sans discernement. Un peu tard pour les dizaines de bêtes abattues depuis 2019.

La cour administrative d’appel de Lyon a rendu son verdict il y a quelques jours. Saisie suite à l’abattage de bouquetins autorisé en mai 2019 par le Préfet de Haute Savoie, elle pointe du doigt la méthode employée par le Préfet. A cette époque, il avait fait abattre une vingtaine de bouquetins du massif du Bargy suspectés d’être porteurs de la brucellose. Un abattage réalisé sans dépistage si bien qu’une partie seulement des animaux tués étaient porteurs de la maladie. La cour a expliqué que « l’abattage indiscriminé de bouquetins des Alpes sans dépistage préalable de leur infection par la brucellose, est illégal ». Dans sa décision, on peut lire : «  l’arrêté litigieux, en autorisant l’abattage indiscriminé de bouquetins sans dépistage préalable de leur infection par la brucellose, ne retient pas la solution la plus satisfaisante pour atteindre les objectifs qu’il poursuit tout en préservant cette espèce protégée. ».

En vertu de la Charte de l’Environnement, « les politiques publiques doivent promouvoir un développement durable. A cet effet, elles concilient la protection et la mise en valeur de l’environnement, le développement économique et le progrès social ». La cour a donc conclu que l’abattage sans dépistage n’allait pas dans le sens de la protection de l’environnement. Si des associations de protection de la nature se félicitent de cette décision, elle arrive un peu tard. En octobre dernier, c’est une soixantaine de bouquetins qui ont été abattus selon les mêmes modalités.

La Brucellose ?

La brucellose est une maladie bactérienne susceptible de se transmettre au bétail. Lorsqu’un cas est détecté dans un troupeau, c’est tout le troupeau qui doit être abattu. La maladie peut se transmettre à l’homme par contact avec les animaux contaminés ou consommation de produits laitiers crus.

4/5 - (18 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Une réflexion sur « La justice au secours des bouquetins de Haute-Savoie… »

  1. A ma connaissance, deux troupeaux de vaches en zone Reblochon ont été effectivement contaminés et abattus. Avec des conséquences fortes pour les éleveurs, qui élèvent leurs animaux à l’herbe et à l’extérieur, et maintiennent les alpages.
    Il y a aussi eu un cas de transmission de la maladie (fièvre de Malte) à un enfant ayant consommé un produit au lait cru.
    La lutte contre la brucellose est un enjeu sanitaire fort pour les éleveurs comme pour nous les consommateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.