Expéditions Printemps 2019 : effervescence à 8.000m, sommets en cours !

Alors que l’on manque de nouvelles de ce qui se passe au Dhaulagiri, c’es l’effervescence sur toutes les « grandes » montagnes de l’Himalaya. Une accalmie côté jet-stream génère quelques jours de fenêtre météo à l’Everest, un push est en cours au Langtang Lirung et Sergi Mingote monte vers le sommet du Lhotse !

Pas de nouvelles de Nims Dai

Il devait être ce dimanche matin au sommet du Dhaulagiri. Pas de nouvelle depuis hier soir, l’ancien soldat Gurkha tente de gravir les 14 sommets de plus de 8.000 mètres en l’espace de 7 mois. Il a ouvert le bal il y a quelques semaines avec l’Annapurna. Dès les premiers jours sur le Dhaulagiri, les conditions étaient délicates : « des conditions météos extrêmes (…) toutes les cordes cachées sous la neige ». Avec son équipe, Nims Dai était censé quitter le dernier camp en milieu de nuit. Le Dhaulagiri n’est pas très connu mais c’est un sommet assez technique situé au cœur du Népal, non loin de l’Annapurna. On attend de ses nouvelles incessamment sous peu !

MISE À JOUR 13.05.19 à 11h30 : Nims a donné des nouvelles. Avec son équipe ils font face à de très mauvaises conditions. A priori ils ne sont pas encore au sommet mais ce n est pas clair. Quoiqu’il en soit, ils vont bien !

Sur un autre versant, pas de nouvelles non plus de Horia Colibasanu, Peter Hamor et Marius Gane qui sont en route pour le sommet. Leur itinéraire n’a jamais été emprunté et il est difficile de prévoir en combien de jours ils pourraient arriver au sommet.

Lire aussi : Colibasanu « l’expédition la plus dure jusqu’à présent ! »

Sergi Mingote est parti pour le sommet !

Sergi Mingote est parti aujourd’hui du camp de base, à destination du sommet du Lhotse, 8.516 mètres : « probablement l’un des plus beaux 8.000 » décrivait-il. Première étape, le Camp 2 à 6.500 mètres environ.  Avec son équipe, il espère arriver au sommet jeudi 16. L’espagnol n’utilise pas d’oxygène et compte enchaîner avec l’ascension de l’Everest. Les deux montagnes sont voisines. Mingote souligne à nouveau le respect qu’il voue à ces montagnes, son humilité : « dernièrement, j’ai constaté à plusieurs reprises que certains alpinistes perdant ce respect, avaient trouvé la mort ! ».

Push au sommet en cours au Langtang Lirung

Adam Bielecki et Felix Berg avaient prévenu ; il ne leur restait qu’une seule chance de gravir le Langtang Lirung. Si les conditions n’avaient permis un départ ce week-end, ils auraient laissé tomber pour rallier au plus vite l’Annapurna. Car leur objectif premier est bien d’ouvrir une nouvelle voie sur l’Annapurna. En attendant, cette « dernière fenêtre » sur le Langtang Lirung semble leur sourire. D’après leur tracker, ils ont grimpé plus de 8 heures aujourd’hui.

Dernière phase d’acclimatation pour Cory Richards

Il y a quelques heures, Cory Richards et Topo Mena étaient au Col Nord de l’Everest .Ils  comptent  continuer de monter par la voie tibétaine classique histoire d’atteindre la barre symbolique des 8.000 mètres. Une dernière nuit a très haute altitude est envisagée, histoire de parfaire leur acclimatation. Ils reviendront ensuite en arrière pour attaquer leur projet de nouvelle voie sur le versant nord de l’Everest. A ce stade, ils terminent leur acclimatation mais n’ont fait guère de progrès sur cette fameuse route.

Les cordes se font attendre à l’Everest

Les puissants jet-streams qui soufflaient ces derniers jours à très haute altitude sur l’Everest ont fait prendre du retard aux équipes de fixeurs. Ils se sont pas encore parvenus à équiper de cordes fixes  l’itinéraire jusqu’au sommet. D’après les dernières estimations des expéditions sur les deux versants, ce travail de sécurisation ne devrait pas être terminé avant demain, voire mardi. Les sherpas profitent ainsi de quelques jours d’accalmie pour terminer cette dure tâche. Hélas, les vents forts pourraient revenir dans la semaine, ne laissant qu’une toute petite fenêtre pour les premiers sommets. Il est fort possible que la plupart des expéditions doivent attendre une prochaine fenêtre météo. En 1996, c’est le manque de synchronisation entre les expéditions montantes et l’équipement de la voie, qui avaient été l’une des causes de la terrible catastrophe.

Et une petite photo de Thomas Dutheil la semaine dernière au Camp 3 pour la fin de son acclimatation. Il partira pour le sommet dès que la météo le lui permettra ! Pour l’heure : repos !

Illustration © DR

Expéditions Printemps 2019 : effervescence à 8.000m, sommets en cours !
4.7 (94%) 10 vote[s]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here