Expéditions Printemps 2019 : les cordes sont au sommet de l’Everest

Alors qu’au Kangchenjunga et au Makalu les sommet se multiplient, avec notamment le succès de Sophie Lavaud, tout est plus compliqué sur l’Everest… Quelques premiers sommets notables, principalement du côté des sherpas, mais une fenêtre météo qui se referme. Le beau temps pourrait mettre près d’une semaine à revenir. Il y a quelques heures, Kirstie Ennis faisait route vers le sommet !

Les cordes sont au sommet !

Alors que les cordes fixes ne sont toujours pas arrivées au sommet sur le versant tibétain, les premiers succès ont été enregistrés du côté népalais. Depuis quelques heures, le travail des sherpas a été mené à bien : les cordes fixes ont dépassé les dernières difficultés de l’ascension et arrivent au sommet. C’est une équipe de 8 sherpas qui a réalisé ce travail indispensable à l’industrie des expéditions. Dans les heures qui ont suivi cette annonce, plusieurs expéditions ont amorcé leur montée vers le sommet. La fenêtre météo jusqu’au retour des jet-streams est très courte et seules une poignée d’expéditions a pris le risque de se glisser dans ce court délai. Côté tibétain, le retard pris sur l’équipement de la voie recule les tentatives de toutes les expéditions au-delà du 20 mai.

Kirstie Ennis tente le sommet mais aurait fait demi-tour

Parmi les quelques groupes qui ont tenté leur chance, l’Américaine Kirstie Ennis que nous suivons depuis le début de son aventure. Cette ancienne soldat, blessée en Afghanistan et amputée d’une jambe au-dessus du genou, était au camp 4 il y a une vingtaine d’heures. Elle est actuellement entre le sommet et le Camp 4. D’après les données transmises par son tracker, elle aurait atteint une altitude d’environ 8.700 mètres, elle aurait ensuite amorcé la descente. Elle ne semble pas avoir atteint le sommet.

Elle qui envisageait une partie de la descente sur son snowboard pourrait bien avoir entamé cette phase. Le tracker de Rob Gowler qui accompagne l’Américaine donne le même type d’information : un demi-tour avant le sommet et une descente débutée. Toutes ces informations sont à prendre avec précautions. Les données transmises automatiquement par des machines soumises aux conditions de froid intense de la très haute altitude peuvent être faussées.

Kami Rita Sherpa signe son 23ème succès à l’Everest

Il a 49 ans et bat tous les records d’ascension de l’Everest. Il était le précédent détenteur du record, avec 22 Everest. Son premier sommet date de 1994. Depuis, il s’est retrouvé sur le toit du monde très régulièrement, parfois deux fois sur une seule saison ! Le sherpa est aujourd’hui un guide expérimenté, il a également à son actif le K2, le Lhotse ou encore le Cho Oyu (8 fois). Un total de quelques 34 sommets de plus 8.000 mètres !

Lire aussi [2018] : Kami Rita Sherpa, son 22ème Everest en ligne de mire

Cory Richards se met au vert !

Après un passage à près de 8.000 mètres pour terminer leur acclimatation, Cory Richards et Topo Mena sont descendus. Avant de revenir tenter leur nouvelle voie en face Nord de l’Everest, les deux grimpeurs vont se reposer. L’altitude du camp de base tibétain (5.100m) étant trop importante pour un repos optimal des organismes, ils ont décidé de descendre jusqu’à Shegar, à un peu plus de 4.300 mètres. Dans son dernier post, l’Américain explique pourquoi il porte un masque que certains internautes avaient bien vite pris pour un masque à oxygène. Ce n’est qu’un simple masque pour limiter les contacts entre le corps et le vent très sec des montagnes. Sans un tel masque, le desséchement du visage et la déshydratation seraient beaucoup plus rapides et dommageables.

Illustration © DR

Expéditions Printemps 2019 : les cordes sont au sommet de l’Everest
4.6 (91.43%) 7 vote[s]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here