montagne altitude default

La légende Doug Scott a des solutions pour l’Everest !

Alpiniste légendaire, Doug Scott est notamment connu pour son ouverture de la face Sud-Ouest de l’Everest en 1975. Il s’est également illustré au Karakoram avec son ascension de l’Ogre, qui s’était soldée par une descente les deux jambes cassées. Le Britannique a même reçu un Piolet d’Or pour l’ensemble de sa carrière. Dans le Nepali Times, il propose des idées pour réduire les problèmes de l’Everest. Il a beaucoup été question du toit du monde au printemps, notamment pour des questions d’embouteillages et de mortalité accrue. A 78 ans, Doug Scott n’apporte pas des dizaines de solutions nouvelles, mais il explique parfaitement le défi auquel font face les autorités népalaises.

Une obligation d’un premier 7.000

Doug Scott explique que l’Everest ne doit pas être traité comme le Mont Blanc ou le Cervin. C’est une « montagne sacrée pour les locaux, c’est la plus haute du monde, elle a une valeur universelle ». Nous devrions beaucoup plus respecter « le style des première ascension » continue le grimpeur. Pour se faire, nul doute qu’il faudrait que « le nombre de permis soit limité ». Il cite en référence le numerus clausus des permis sur le Mont Denali. Il avance aussi l’idée d’un niveau minimal pour prétendre au permis. Il pourrait s’agir d’avoir déjà gravi un sommet de 7.000m.

Scott ne nie pas que des populations extrêmement modestes dépendent désormais du tourisme de montagne pour survivre. « Restaurer la sérénité des montagnes » tout en permettant à ceux qui vivent de cette industrie de ne pas être laissé sur le carreau. Voici « le défi ». Il a en tête un futur moins tourné vers l’Everest mais dans lequel de nombreuses autres régions de montagne pourraient attirer des visiteurs. « Comme de nouvelles routes carrossables remplacent des itinéraires de trekking, c’est de toute façon en train de se produire » estime-t-il. « Le Népal attirait les grimpeurs en quête de nouveaux sommets, de nouvelles voies. Aujourd’hui tout le monde veut être sur l’Everest, alors qu’il reste de nombreux 6.000 que personne n’a jamais gravi » conclue-t-il.

Lire l’intégralité de l’article sur le site du Nepali Times (en anglais)

Illustration  © http://eightsummits.com/bills-articles/crowds-on-mt-everest/

4.2/5 - (9 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.