montagne altitude default

Campagne Skizzz pour parler neige de culture !

Après plusieurs hivers où la neige s’était faite désirer, Domaines Skiables de France a lancé cette année une campagne de communication sur le thème de la neige de culture. Si la neige naturelle est finalement assez abondante cet hiver, regardons de plus près ce nouveau sujet de sensibilisation. Comme l’an dernier sur les chutes de télésiège, c’est une petite mascotte extra-terrestre qui nous parle neige de culture. Baptisée Skizzz, ce petit bonhomme violet se transforme en canon à neige. Il avale de l’eau et la pulvérise par grand froid. Résultat, il en est tout étonné lui-même, cela fait de la neige !

La campagne rappelle quelques messages assez simples que nous décryptons plus bas. Elle précise également que la neige de culture reste une ressource d’appoint. Sur l’enneigement hivernal, elle ne représente que 2% de la neige des domaines skiables.

Les principaux messages de la campagne

« La neige de culture c’est de l’eau + de l’air froid et c’est tout ! »

VRAI mais… : Depuis plusieurs années maintenant, il n’y a plus d’additif dans l’eau pour faciliter sa transformation en neige. Quelques années en arrière, certains opérateurs utilisaient une sorte de bactérie qui permettait de catalyser ce phénomène physique. De l’eau et de l’air froid donc ! Les deux ingrédients principaux auxquels on ajoute un peu d’électricité pour permettre d’acheminer l’eau, de la mettre à la bonne pression et faire tourner certains canons. Si les machines ont fait beaucoup de progrès ces dernières années en termes de consommation, l’électricité reste nécessaire pour produire de la neige.

« Les prélèvements d’eau sont autorisés et contrôlés. »

VRAI : Et la réglementation contraint les stations à créer des retenues capables de stocker de l’eau dédiée à la neige de culture pour limiter au maximum les prélèvements sur les cours d’eau ou sur le réseau d’eau potable. Près de 65% de l’eau utilisée est ainsi prélevée dans des retenues d’altitude.

« La ressource prélevée est restituée au milieu naturel en fin de saison. »

VRAI mais… : La neige de culture réagit comme la neige « naturelle » et fond tout au long de la saison. En début d’été, quand toute la neige a fondu, elle s’est effectivement en grande partie transformée en eau liquide qui rejoint le milieu. Lors de la fonte des neiges, les retenus d’eau se remplissent et les torrents gonflent ! En revanche, les scientifiques ont démontré qu’un phénomène physique étonnant a lieu lorsque l’eau liquide est pulvérisée dans l’air froid. Si la partie visible est la neige ainsi créée, un pourcentage de l’eau pulvérisée s’évapore instantanément, sous forme de vapeur d’eau. Ce pourcentage peut varier entre 10 et 30% du volume d’eau. La ressource prélevée est donc restituée en grande partie au milieu naturel en fin de saison !

« La neige de culture sécurise 120 000 emplois en stations chaque hiver. »

VRAI : l’écosystème économique des stations n’est pas viable sans clients. Même si les stations essaient de se diversifier, leur principal produit hivernal demeure le ski. Sans neige, pas de ski. Sans ski, pas de clients. Le calcul est simple. Tous les emplois touristiques des stations sont donc concernés. On peut même aller plus loin, en affirmant que ces emplois sont la condition indispensable au maintien d’une population en montagne, la conservation de certains services publics… La neige et par conséquent la neige de culture sont donc, aujourd’hui, indispensables à des régions entières.

Le premier film de la série Neige de Culture

4.7/5 - (3 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.