câble coupé

Qui a coupé le câble de la télécabine plongeant 30 cabines dans le vide ?

Ce n’est pas une énigme de Cluedo mais la question centrale d’une enquête policière. Enquête qui occupe la Police Canadienne depuis l’été dernier. Alors que l’opérateur vient d’annoncer la réouverture prochaine de la remontée mécanique, retour sur cette incroyable affaire.

Qui a déjà regardé un câble de télécabine sait que le découper ne s’improvise pas. Composé d’un ensemble de brins métalliques plus petits tressés entre eux, ces câbles savent résister à des tractions très fortes et des conditions d’opérations très défavorables. Le câble en question mesurait quelques 5,5 centimètres de diamètre. Quelques semaines avant l’accident, une opération de maintenance avait vérifié l’ensemble de l’infrastructure et constaté son parfait état.

Un câble de 5,5cm de diamètre

Mais au petit matin le 10 août dernier, la Sea to Sky Gondola de Squamish (Colombie Britannique, Canada) s’est écrasée. La plupart des 30 cabines ont été précipitées dans le vide. Et tous les employés mis au chômage.

câble télécabine qui pend dans le vide

Fort heureusement, l’accident s’est produit avant l’ouverture de l’attraction du nord de Vancouver et personne n’a été blessé. « Une fois qu’un nombre suffisant de torons [NDLR : les brins métalliques] a été coupé, le segment de corde restant a cédé sous la tension de la télécabine » expliquait Jeff Coleman, représentant des autorités canadiennes en charge de la sécurité des remontées mécaniques. Alors que l’opérateur passait commande d’un nouveau câble et d’une trentaine de cabines neuves à un fabricant suisse, l’enquête policière peinait à avancer, multipliant les appels à témoins.

Lire aussi : Top 5 des téléphériques les plus fous du monde !

Une scène de crime !

L’inspecteur Kara Triance expliquait alors « c’est une scène de crime ». Le suspect a certainement accéder au câble en grimpant sur un des pylônes équipés d’une échelle. « Cette personne s’est mise en grave danger, non seulement en grimpant sur ces pylônes mais aussi du fait de la violence du câble qui se déroule une fois coupé ».  

Sur le moment, toutes les hypothèses ont été mises sur la table. Eco-terrorisme, anciens employés cherchant vengeance, extrémistes locaux… Si l’enquête de police ne donne rien, les professionnels se veulent rassurants. Christopher Nicolson de l’Association des Domaines Skiables de l’Ouest du Canada explique « ça n’a pas été clairement dit sur le moment, mais c’est impossible d’avoir ce genre d’incident sur un câble en mouvement ». Sous-entendu, il serait très peu probable qu’un acte délibéré de la sorte puisse projeter des cabines dans le vide pendant que la télécabine est remplie de visiteurs. Ouf.  Ce qui n’a pas empêché plusieurs stations canadiennes d’annoncer avoir renforcé la sécurité autour de leurs remontées, à grand renfort de caméras et d’agents de sécurité. Pas Ouf.

La télécabine devrait rouvrir mi-février prochain alors que l’enquête semble ne pas avoir avancé d’un pouce. Les coupeurs de câble sont encore dans la nature…

Illustration © Squamish GRC-RCMP

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *