Tyrol

Les montagnes du Tyrol confinées : des centaines de cas du variant sud-africain détectés

Il y a un an, cette région d’Autriche abritait un gigantesque cluster de milliers de skieurs. Cette semaine, près de 300 cas du variant  sud-africain du coronavirus ont été détectés dans cette même province montagneuse.

Ce sont 293 cas de personnes atteintes par le variant sud-africain du coronavirus qui ont été dépistées dans le Tyrol. Près de la moitié étaient encore malades en début de semaine. De nouveaux cas apparaissent tous les jours, notamment dans la région de Schwaz, à deux pas d’Innsbruck. Pourtant, dans cette province traditionnellement très touristique, nombre d’hôtels, les restaurants et de nombreuses infrastructures restent fermés depuis des semaines. Et seuls les voyageurs d’affaire peuvent encore venir y séjourner.

Une mise en quarantaine du Tyrol pour 10 jours suite à la découverte des cas de variant

Si les autorités ne savent pas comment expliquer cette recrudescence de cas, elles ont pris des mesures draconiennes. Dès vendredi 12 février, il ne sera plus possible de quitter le Tyrol sans un test négatif (de moins de 48h). « Nous devons tout faire pour empêcher la propagation de ce variant » a déclaré le Chancelier Sebastian Kurz. D’autant qu’à ce stade, les campagnes de vaccination en Autriche s’appuient sur le vaccin d’AstraZeneca. Une étude préliminaire tend à prouver qu’il n’est pas suffisamment efficace contre le variant sud-africain. Ce confinement de la Province s’appliquera pour une durée initiale de 10 jours.

Luttes de pouvoir entre Vienne et Innsbruck

Les domaines skiables peuvent rester ouverts, même si certains ont baissé le rideau faute de clients. Seuls les locaux peuvent en profiter. Globalement, l’Autriche avait récemment allégé ses restrictions sanitaires, permettant notamment aux musées de rouvrir. La mise en place de nouvelles restrictions au Tyrol se heurte à l’autonomie de la Province. Des passes d’armes ont eu lieu ces derniers jours entre le gouvernement fédéral (Vienne) et régional (Innsbruck). Günther Platter, président du Tyrol, ne veut pas entendre parler de ces restrictions. Pour lui, sa région gère très bien la situation, comme elle l’a toujours fait. En mars dernier pourtant, il était parmi les personnes mises en cause dans une plainte collective à la suite du cluster d’Ischgl. Des milliers de contaminations dans toutes l’Europe avaient un lien avec la station de ski et ses soirées endiablées.

Illustrations © DR

  

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *