facture ski

Les stations de ski face à leur facture d’électricité !

Dans le contexte actuel d’envolée des prix de l’énergie, les stations de ski sont inquiètes. Nombre d’entre elles ne seront pas capables d’assumer le nouveau prix de leur facture d’électricité.

Déjà l’hiver dernier, le début de la guerre en Ukraine faisait grimper les prix de l’énergie. Un impact déjà lourd à supporter pour l’industrie du ski. Certaines stations avaient même fait le choix de fermer quelques semaines plus tôt, comme Pra-Loup. L’électricité pour faire tourner remontées mécaniques et enneigeurs, le carburant pour les dameuses. Autant de factures en augmentation majeure. En fin de saison dernière, on parlait déjà de répercuter ces hausses sur le prix des forfaits. L’« année prochaine, il va peut-être falloir répercuter la hausse sur le prix des forfaits » expliquait ainsi la chargé de communication de Guzet dans les colonnes de la Dépêche du Midi.

Stations de ski : une facture d’électricité multipliée par 13 !

Depuis, la guerre n’a pas cessé et les incertitudes internationales restent nombreuses. Résultat, les prix de l’énergie continuent de fluctuer. Et le prix de l’électricité s’est envolé. Le maire des Orres (Hautes-Alpes) tente d’alerter les pouvoirs publics. Sa facture de courant a été multipliée par 13. Et « sans aides lourdes, c’est la mort de nos territoires de montagne » assénait-il sur BFMTV.

Et le problème n’est pas seulement français. Toutes les stations d’Europe sont confrontées aux mêmes réalités. En Norvège, un des premiers exploitants de domaines skiables expliquait que si elles devaient acheter l’électricité dix fois plus cher que d’habitude, plusieurs stations allaient simplement fermer. En Suisse aussi on envisage l’hiver avec inquiétude. Et on planche sur plusieurs scénarios pour faire… des économies !

Des économies pour réduire la facture ?

Au-delà d’aides potentielles des pouvoirs publics, les stations se préparent surtout à faire des économies. Ralentir certaines remontées mécaniques est une option que plusieurs stations pourraient retenir. Fermer des installations pourrait également être possible. A Val d’Isère, certains appareils pourraient ainsi être mis à l’arrêt « quand la clientèle sera moins présente ».

Illustrations © Pixabay

5/5 - (1 vote)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.