Everest 1952

Everest 1952 : contraints de faire demi-tour si près du sommet !

Deux ans après le succès français à l’Annapurna, les Suisses s’affairent sur le plus symbolique de tous les 8.000. L’expédition suisse à l’Everest de 1952 est alors dirigée par Edouard Wyss-Dunant, un radiologue passionné d’exploration et d’alpinisme.

Expédition suisse à l’Everest : printemps 1952

En 1952, l’expédition suisse à l’Everest est marquée par des progrès extraordinaires. Pour la première fois, l’homme dépasse la Cascade de Glace qui barrait jusqu’alors la route du versant népalais. L’équipe se retrouve alors dans la fameuse Western Cwm ou Combe Ouest, qui n’avait été aperçue que de loin, par Mallory en 1921 depuis le tout proche Col Lho-La. Non contents d’avoir réalisé cette avancée inédite, les Suisses ne se sont pas arrêtés là. Ils ont grimpé la fameuse face menant à presque 8.000 mètres au niveau du Col Sud.

Un autre camp est même installé un peu plus haut, sur l’arête qui relie le Col au sommet de l’Everest. C’est de cette tente, montée à environ 8.400 mètres, que part l’équipe de tête le 28 mai 1952. Aux côtés du Suisse Raymond Lambert, on retrouve un sherpa nommé Tenzing Norgay. Tous les deux vont avancer péniblement jusqu’à atteindre environ 8.600 mètres d’altitude. A du matériel défectueux (oxygène) s’ajoutent une fatigue extrême et une météo menaçante. Les deux font demi-tour.

Lire aussi : La nouvelle de la conquête de l’Everest en 1953 et ses messages codés !

Suite de l’aventure : automne 1952 !

C’est alors la fin de l’expédition. Ou presque. Car après la mousson, les Suisses sont toujours là. Bien décidés à tout faire pour utiliser leurs dernières chances de sommet. En 1953, les Anglais sont attendus sur l’Everest. S’ils ne réussissent pas, les Français pourraient bien être là en 1954. Lors de cette nouvelle tentative en octobre – novembre 1952, les conditions sont largement dégradées. Malgré tout, l’équipe suisse et ses valeureux sherpas dépasse à nouveau le Col Sud. Mais doit faire demi-tour vers 8.100 mètres. De retour à Katmandou mi-décembre, ils parviennent à Genève pour la nouvelle année ! (Quelques images d’époque ci-dessous).

L’objectif initial de l’expédition était la reconnaissance jusqu’au Col Sud. Atteindre le sommet aurait été un bonus indéniable mais l’aventure est malgré tout considérée comme une réussite. D’autant que pendant près d’un an, Lambert et Norgay vont détenir le record de la plus haute altitude jamais atteinte. Faute d’avoir pu attester de l’altitude atteinte par Mallory et Irvine quelques décennies plus tôt. En 1953, Raymond Lambert cèdera sa place à Edmund Hillary. Aux côtés du Néo-Zélandais au sommet : toujours le sherpa Tenzing Norgay !

Illustration ©  Condors films – CC BY-SA 3.0

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *