Lucy Walker

Lucy Walker, de Liverpool aux premières ascensions alpines !

Au milieu du XIXème siècle, les femmes n’étaient pas nombreuses dans le milieu très masculin de l’alpinisme. Ce n’était pas de nature à empêcher Lucy Walker de grimper…

A Liverpool, elle est un modèle de femme victorienne, une hôtesse hors pair qui pratiquait le croquet comme seul exercice physique. Jusqu’au jour où son médecin va lui prescrire une cure d’altitude, histoire de soigner ses rhumatismes. Il n’imaginait sans doute pas comment elle allait le prendre au mot. C’est donc sur ses conseils que Lucy Walker part s’oxygéner en altitude avec son père Frank et son frère Horace, membres de l’Alpine Club. Mais elle ne compte pas rester dans la vallée, elle veut voir les sommets. Année après année, elle va gravir les montagnes, bien souvent discrètement. Une manière probable de ne pas trop attirer les critiques et de pouvoir continuer à faire ce que bon lui semblait.

10 ans d’ascensions extraordinaires pour Lucy Walker

Entre 1860 et 1871, elle réussit avec une certaine discrétion la première ascension féminine de la plupart des sommets majeurs des Alpes. Grand Combin, Cervin, Eiger, Strahlhorn, Lyskamm, Piz Bernina, Aiguille Verte, Weisshorn, Rimpfischhorn, Zumstein spitze. Seules les Grandes Jorasses lui sont ravies par Meta Brevoort. Coolidge, le neveu de Brevoort, de préciser : « C’était une femme très remarquable pour avoir grimpé si régulièrement et si longtemps ! Ma tante n’aurait certainement jamais commencé si Miss Walker n’avait pas donné l’exemple ». 28 ascensions victorieuses sur des 4.000, 16 premières féminines et même la première ascension du Balmhorn (3.698m) tous sexes confondus. Des courses souvent réalisées avec le guide de l’Oberland Melchior Anderegg, proche de Sir Leslie Stephen.

Pas de place à l’Alpine Club

Whymper dira même : « il est probablement exact de dire qu’aucun candidat à rejoindre l’Alpine Club n’a jamais présenté une liste de courses approchant la liste de Miss Walker ». Pour autant, si elle intègre le Ladies’ Alpine Club en 1909, elle ne fera jamais partie de l’Alpine Club. Les femmes ne pourront y entrer que 58 ans après sa mort

Illustration © DR

4.3/5 - (6 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.