glacier dinosaure

Cent millions d’années et un jour : un glacier, un dinosaure et le passé qui ressurgit !

Au milieu du XXème siècle, un paléontologue passionné part en expédition. En quête d’un incroyable squelette de dinosaure géant qui dormirait dans une grotte du Sud des Alpes. Voilà le point de départ de « Cent Millions d’Années et un jour », une histoire qui pourrait ressembler à un conte. Pourtant, au fil du roman de Jean-Baptiste Andrea, on découvre tout autre chose.

Il y a certes cette créature chimérique qui pourrait bien attendre quelque part, au détour d’un glacier. Mais il y a surtout la quête d’un homme hanté par son passé. Une quête dans laquelle Stan, le personnage principal que ses camarades d’école surnommaient « Fossil Boy », entraîne d’autres scientifiques et un guide de montagne. Ce dernier vaut le détour. Gio, c’est son nom. Taiseux, il semble n’avoir aucune émotion. « Notre guide est sec, il n’est ni sympathique ni antipathique. Où qu’il se tienne, il donne l’impression d’avoir toujours été là. Sans passé, sans avenir, juste là. (…) Il parle un dialecte de la Vénétie qu’Umberto traduit à mi-voix, un patois rare où trottent des consonnes solitaires et d’étranges répétitions qui sonnent comme une fusillade. ».

Lire aussi : Ma cabane d’Olivier Garance, une échappée sauvage aux Editions l’Iconoclaste

Ce groupe part donc pour une expédition de plusieurs semaines sur les hauteurs d’une vallée française aux origines italiennes. Le lecteur les suit, en comprenant mieux le passé de Stan, de son chien fidèle à sa mère sud-américaine. De ses collections de trilobites au fusil de son père.

Dans le froid de la haute montagne, entre vertige et solitude, Stan cherche la gloire. Celle que lui conférerait la découverte d’un précieux squelette de dinosaure. Pourquoi ? Pour qui ? « Si notre dragon voulait jouer à cache-cache avec nous, pour la forme, je ne lui en voudrais pas. Je n’ai pas compté pendant si longtemps, un bras sur les yeux, pour le découvrir tout de suite, la queue dépassant d’un placard ». Stan finira peut-être par se mordre les doigts d’avoir pensé cela…

Une plume poétique, dans une époque hors du temps. Jean-Baptiste Andrea offre à la montagne un magnifique rôle. Personnage à part entière, elle s’invite jusqu’à la dernière ligne. Elle fixe les règles et les fait payer cher. Permettra-t-elle aux paléontologues de trouver ce qu’ils cherchent ?

L’auteur est scénariste et réalisateur. Son premier roman, Ma reine, publié en 2017 lui a valu plusieurs prix littéraire comme le Femina des lycéens.

Cent millions d’années et un jour, Jean-Baptiste Andrea, Ed. L’Iconoclaste, 18 € | Commander ici !

Illustration © Ed L’Iconoclaste

Adélie F.

Libraire, Adélie partage avec vous sa passion pour les livres. La littérature de montagne est un vaste domaine qu'elle essaie de vous faire partager. Entre les montagnards et autres alpinistes qui s'essaient à l'écriture et les grands écrivains qui s'essaient à la montagne, les lectures ne manquent pas ! Elle chronique également des films, expos... Pour la contacter directement : adelie@altitude.news !

Voir tous les articles de Adélie F. →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *