PGHM immersion

En immersion avec le PGHM, chroniques de secours en montagne…

Le secours en montagne fascine le grand public. A l’image des commentaires que François Nicard reçoit régulièrement. « Tu travailles au PGHM ? Génial (…) c’est pas trop dur ? (…) tu es tout le temps en montagne ? ». Ce membre du Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne nous fait vivre son quotidien de sauveteur au sein de cette unité d’élite, dans un ouvrage qui parait aujourd’hui chez Glénat. Quoi ? Encore ? On a déjà vu 10 reportages sur le sujet, lu de nombreux livres… Quel intérêt ? Tout a été dit ou presque ! L’auteur lui-même s’est posé ce genre de question. « Qui suis-je pour exposer mon ressenti, mes émotions, alors que je ne suis secouriste que depuis neuf ans ? ». Et justement, tout l’intérêt de cet ouvrage réside dans cette phrase. Dans l’humilité de cet homme qui ressent des choses, qui a des émotions.

Et cette dimension, plus que les aspects techniques ou spectaculaires des secours, vaut la peine de lire ce livre. Car ce n’est pas l’image du sauveteur fort et indestructible dans son bel uniforme de montagne que nous livre François Nicard. Mais celle d’un homme épris de joies simples quand il est suspendu au bout d’un câble des dizaines de mètres sous un hélicoptère. Celle d’un être humain qui ne peut s’empêcher de pleurer quand le métier est trop dur, que les situations rencontrées sont insoutenables.  

15 interventions, autant d’émotions différentes

Il nous raconte une quinzaine d’interventions. Héliportées ou pas, avec chien d’avalanche ou pas… Des secours qui ne se terminent pas toujours bien et pourtant des sentiments contrastés. On peut être content de son travail même si on n’a ramené personne en vie. On peut aussi être terrassé par une épouse venue reconnaître le corps sans vie de son mari.

Sans rien dévoiler de son contenu, le récit de son tout premier secours, en février 2010, vaut le détour. Cet épisode se passe alors qu’il n’est pas encore membre du PGHM. A 1.400 mètres d’altitude, dans le couloir du Plan de l’Aiguille, au-dessus de Chamonix. Il est appelé en renfort en pleine haute saison et se retrouve sur un secours qui le marquera longtemps. Les doutes d’un débutant, les émotions d’un jeune sauveteur confronté pour la première fois aux difficultés de son métier.

Enfin, si la scène précédente se passe à Chamonix, le livre fait la part belle aux secours réalisés dans d’autres massifs. Notamment autour de Grenoble où l’auteur se trouve désormais affecté. Du Néron au canyon du Versoud en passant par les pistes de ski du Vercors. On découvre d’autres secours que ceux propres à la haute-montagne. Non, les anges gardiens du PGHM n’officient pas uniquement dans le Massif du Mont-Blanc, François Nicard se charge de nous le rappeler.

Secours en immersion, au cœur du PGHM, de François Nicard, Glénat, 15,95 € | Commander en ligne

Illustration © Glénat

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Une réflexion sur « En immersion avec le PGHM, chroniques de secours en montagne… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *