greffe glacier

Ils « cultivent » des glaciers pour faire face au réchauffement climatique !

Quand la ressource en eau devient rare, toutes les bonnes idées pour garantir l’approvisionnement sont à écouter. Dans les régions montagneuses de l’Hindu Kush et du Karakoram, au nord du Pakistan, une d’entre elles a pourtant l’air d’une plaisanterie. Elle mérite pourtant qu’on persévère et que l’on comprenne ce qui se cache derrière le folklore populaire d’une tradition séculaire. Car c’est loin d’être une plaisanterie. Là-bas, dans la province du Baltistan, sous l’œil de quelques-uns des plus hauts sommets de la planète, des hommes cultivent des glaciers. Pendant que ces derniers reculent aux quatre coins du monde, il est une région où on les fabrique…

La greffe des glaciers, depuis l’époque de Gengis Khan ?

Dans ces régions arides où l’agriculture souffre du manque d’eau, les précipitations neigeuses de l’hiver fondent au printemps. Elles offrent alors une source d’eau. Mais ce précieux liquide ne fait que passer. Dès la fonte terminée, la sécheresse prend le relais. Les terres agricoles qui se situent dans le bassin versant d’un glacier ont plus de chance. Car la glace fond bien plus doucement que la neige et l’alimentation en eau est continue. L’idée est donc simple. Comment faire pour que la neige de l’hiver se transforme en glace avant que les chaleurs printanières n’arrivent ? C’est le principe de greffe de glaciers, pratiquée depuis longtemps dans la région. Une méthode qui intéresse depuis quelques années les scientifiques.

Lire aussi : Les glaciers tiédissent et les robinets se tarissent !

L’AKDN, un réseau d’ONG qui soutient ces initiatives explique la méthode plus en détails (en anglais). « En règle générale, une douzaine d’hommes locaux grimpent dans des zones ombragées au-dessus de la ligne de neige en septembre et octobre avec des sacs remplis de glace glaciaire (300 kg) et des jerricans d’eau de la rivière Indus (120L), ainsi que d’autres ingrédients (sciure, paille, charbon, sel). Ces ingrédients sont placés dans une grotte ou une dépression puis recouverts de terre. ».

Le temps passe et le gel fait son œuvre, dès lors que l’amas de glace et de neige atteint un certain seuil, il est plus résistant à l’élévation des températures que d’une couche de neige classique. Les réserves d’eau liquide installées dans la « greffe » vont également se vider dès lors que le glacier aura commencé à grandir et à faire pression sur les jerricans. Cette eau ainsi déversée va geler à son tour, et c’est gagné ! Enfin, presque… Certains scientifiques restent sceptiques sur l’efficacité de la méthode. Ils pensent que dans la plupart des cas l’accumulation de neige et de glace auraient eu lieu sans la « greffe ».

Lire aussi : Comme les Alpes, l’Antarctique reçoit davantage de neige mais perd ses glaciers.

Des glaciers mâles et femelles…

Une petite animation résume le principe et les bases traditionnelles de la greffe de glacier. Avec notamment l’idée de réunir un glacier mâle et un glacier femelle pour les laisser créer un nouveau glacier. Sous-titres disponibles en français.

Inspirés par ces méthodes, des Ladakhis (Himalaya indien) ont eux aussi essayé de créer des accumulations artificielles de glace pour aider à l’irrigation pendant les saisons chaudes. Une approche réfléchie en Suisse pour réduire le recul « naturel » des glaciers alpins. Un des experts du GIEC, Asif Khan, a ainsi souligné l’intérêt de ces méthodes comme une solution à la fonte des glaciers, précise The Third Pole (en anglais).   

Illustration greffe glaciers © DR

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *