Sud Tyrol

Quand l’extrême droite dirige la montagne…

Chez nos voisins italiens, des élus d’extrême droite s’engagent sur plusieurs sujets dans les territoires de montagne. Dans leur collimateur, les stations de ski et les loups. Dans leur viseur, pas mal d’électeurs. Focus sur deux décisions récentes dans le Sud-Tyrol.  

Faire payer les stations de ski !

Dans le Tyrol du Sud, région montagneuse d’Italie, les subventions consenties aux stations de ski pourraient désormais être conditionnées à des engagements en matière de production autonome d’énergie. Le responsable d’un des principaux partis politiques locaux, d’extrême droite, explique : « Les infrastructures existantes telles que les nombreuses retenues collinaires, les bâtiments de montagne, les pylônes de remontées mécaniques ou les structures de protection contre les avalanches sont parfaitement adaptés pour être utilisées comme centrales photovoltaïques, petites centrales éoliennes ou comme centrales de pompage-turbinage ».

Un cadre légal est ainsi en cours de mise en place à l’échelle de la Province. Une station qui ne fait pas « suffisamment d’effort » en matière de production d’énergie ne pourra plus recevoir d’aides publiques. L’idée peut sembler bonne, encourageant les opérateurs de stations de ski à verdir directement leur production d’électricité. Mais la rhétorique politique locale met surtout l’accent sur la volonté de « faire payer » les responsables de cette « industrie énergivore » plutôt que les contribuables. Nous voilà donc plus proches du ski-bashing électoraliste que de l’écologie convaincue.

Sud Tyrol : éliminer les loups !

Dans le même temps, les mêmes élus se sont attaqués au loup. Ils ont permis l’adoption d’une motion ouvrant la voie à « l’élimination rapide et non bureaucratique des grands carnivores ». Comprendre, l’Italie allège ainsi la protection du loup dans le Sud-Tyrol. Une mesure populiste qui vient en opposition avec la constitution italienne. Cette dernière prône la protection de la nature, tout comme les règlements européens en la matière. En pratique, l’idée est de créer un cadre légal permettant à l’agriculteur qui subit une attaque sur son troupeau de tuer les loups responsables sans risque d’être inquiété.

« C’est une motion clairement politique, qui répond à un certain électorat. Il serait souhaitable que la politique se charge de  générer des pistes de conception de coexistence consciente plutôt que de donner la parole à un mécontentement qui n’a rien de scientifique » explique Alessandro Piacenza de l’Organisation Internationale pour la Protection des Animaux.

Illustration (c) Pixabay

4.3/5 - (12 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *