Tibet lithium

Le Lithium de nos batteries menace le Tibet

Un minerai précieux pour l’économie planétaire…

Le lithium est un des composants essentiels des batteries. Qu’il s’agisse d’équiper des téléphones mobiles, des ordinateurs ou des voitures, le même métal revient. On trouve du lithium un peu partout dans le monde mais il n’est pas toujours simple à exploiter et les ressources ne sont pas infinies. La demande est telle que de 350 dollars la tonne en 2003, le précieux minerai coûtait dix fois plus cher dix ans plus tard. Cotée à la bourse de New York, la société chilienne qui exploite les principaux gisements du pays a vu son cours passer de 3 à 4 dollars au début des années 2000 à près de 50 dollars aujourd’hui. Les convoitises sont donc bel et bien suscitées autour des principaux gisements en exploitation : dans les Andes et au Tibet.

D’autant que nombre d’observateurs affirment que les ressources de notre planète en lithium ne permettront pas de répondre à la croissance de la demande en batteries dans les décennies à venir. En clair, il n’y aura pas assez de lithium pour produire les batteries d’un monde où les voitures électriques remplaceraient les voitures à essence !

… mais dangereux pour l’environnement !

Et cette exploitation ne va pas sans dommages pour l’environnement. L’extraction dégage du CO2 mais ce n’est pas le seul problème, loin de là. En 2009, 2013 puis en 2016, des épisodes de pollution dans la rivière Liqi (Tibet) ont entraîné la mort d’animaux, des maladies et des problèmes de peau chez les habitants. Le cours d’eau est évidemment à proximité d’un gisement.
Difficile de savoir d’où venait la pollution aquatique : un bassin de déchets d’extraction a pu déborder, certains solvants utilisés sont également montrés du doigt. Enfin, sous certaines formes, le lithium lui-même peut-être particulièrement toxique. Les locaux parlent de centaines de yaks retrouvés morts. A plusieurs reprises, les protestations de la population se sont fait entendre et les autorités ont ordonné l’arrêt temporaire de la production.

Inexpliqués, ces épisodes de pollution ont régulièrement ponctué la dernière décennie d’exploitation. Quoiqu’il en soit, deux compagnies continuent d’investir au Tibet pour agrandir leurs mines à ciel ouvert et de nouveaux axes de communication (routes, voies ferrées) sont créés. En faisant baisser les coûts de transport de ces matières premières, les gisements de lithium du Tibet ne sont pas prêts de fermer…

Illustration Lac de Zhabuye (Tibet) © Tiandi

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *