Le Président de la FIS nie le changement climatique

Gian-Franco Kasper a accordé une interview au quotidien Tages Anzeiger. A 75 ans, il est le président de la Fédération Internationale de Ski (FIS) et membre du Comité International Olympique (CIO). Dans cet article, il raconte tour à tour qu’il est plus aisé de traiter avec les dictateurs et que le changement climatique est une aberration.

L’interview de Kasper dans Tages Anzeiger

Interrogé à propos de Pékin 2022 sur le bienfondé d’attribuer les Jeux Olympiques d’Hiver à une dictature, il n’a pas mâché ses mots. «  Les dictateurs peuvent en effet organiser de telles manifestations sans demander la permission au peuple. Pour nous, tout est plus facile dans les dictatures » avait-il répondu au journaliste.

Interrogé sur la dimension environnementale des épreuves, et notamment sur l’utilisation de l’eau pour produire de la neige de culture, il en a rajouté une couche. « Toutes ces discussions sur la neige artificielle ou l’utilisation de l’eau ne s’arrêtent jamais, bien qu’aucune goutte d’eau ne soit gaspillée… Et puis, il y a ce soi-disant changement climatique… Il n’y a aucune preuve. Nous avons de la neige, parfois beaucoup ».

La réaction de Protect Our Winters

Plusieurs associations ont aussitôt appelé à la démission de Gian-Franco Kasper, à l’image de Protect our Winters (POW). D’après eux, cet article ne fait que confirmer ce dont on se doutait depuis des années. Il « ne veut pas reconnaitre les preuves scientifiques qui menacent l’ensemble du secteur de la neige ». Dans la foulée, la Fédération Américaine de Ski qui devait remettre un don à POW s’est vue refuser son chèque. « vous ne pouvez pas donner de l’argent pour protéger nos montagnes quand le patron de votre fédération nie le changement climatique et parle de la qualité des relations avec les dictateurs, car vous n’avez pas à vous soucier de l’environnement » a expliqué Donna Burton, patronne de la marque éponyme de Snowboards.

Gian-Franco Kasper est à la tête de la FIS depuis 1998. Et ce n’est pas la première fois qu’il fait parler de lui. En 2005, il avait confié que le saut à ski n’était sûrement pas adapté pour les femmes. Quelques heures après les premières réactions, Kasper s’est excusé et a tenté maladroitement de calmer la polémique. Il accepte de revoir la forme de son discours, le fond lui ne change pas beaucoup.

Illustration © FIS

Le Président de la FIS nie le changement climatique
4.2 (83.75%) 16 vote[s]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here