himalaya 2017

Himalaya 2017 : les ascensions d’automne

Himalaya 2017. La deuxième partie de la saison des ascensions en Himalaya dure traditionnellement de septembre à octobre. Si les plus grosses expéditions ont lieu au printemps, les conditions de l’automne permettent généralement pas mal d’activité en très haute montagne. C’est surtout côté Népal qu’il se passe des choses cet automne puisque les voies tibétaines sont fermées. On note d’ailleurs plus de grimpeurs qu’à l’accoutumée, ceux ayant prévus des sommets par des voies chinoises se reportant au Népal.

Les voies tibétaines fermées

La Chine avait pris la décision cet été : pas de permis cet automne pour les alpinistes. Cela concerne les itinéraires chinois permettant d’accéder à l’Everest, au Shishapangma et au Cho-Oyu. Laraison n’est pas très clairement explicitée. Il semblerait que ce soit l’ascension du polonais Janusz Adam Adamski qui soit à l’origine de cette soudaine fermeture. Le 21 mai, il est arrivé au sommet de l’Everest par la voie chinoise et est redescendu côté Népal. Au sommet, il a sorti un drapeau tibétain et une photo du Dalaï Lama. Raisons suffisantes pour froisser Pékin, ces images ayant fait le tour du monde sur les réseaux sociaux. Du reste, le Polonais a été interdit de grimper au Népal pour 10 ans. En cause, son absence de permis d’ascension.

Expéditions commerciales

18 septembre. Une équipe de Sherpa issue de plusieurs agences est arrivée au sommet du Manaslu (8.163m) suivie de près par un anglais et un allemand. Les sherpas finissaient d’équiper la voie de cordes fixes pour leurs clients, les deux premiers n’ont donc pas trainé ! C’est donc un succès pour cette expédition d’Himalayan Experience puisque leurs deux seuls clients sont arrivés au sommet.
Cette saison, le Manaslu est une vraie autoroute. Près de 250 alpinistes étrangers sont stationnés au Camp de Base à 4.800m. C’est le sommet le plus tenté cette saison devant le Mustang Himal sur lequel on ne devrait voir qu’une vingtaine de grimpeurs. Environ 340 alpinistes étrangers sont présents au Népal cet automne.
On trouve bien plus que des touristes sur les camps de base. Pour preuve, au camp de base du Tare Khang, on pouvait croiser il y a quelques jours le célèbre Reinhold Messner ! Il venait y encourager son fils, Simon Geaser Messner, qui compte bien atteindre le 7.069m du sommet.

news25/09 – 14:55 : On vient d’apprendre la mort de Phillip Harver, 46 ans. Cet alpiniste anglais souffrait de Mal Aigu des Montagnes alors qu’il grimpait le Manaslu. Il était très mal en montant vers le camp 4,à plus de 7.000m. Il est décédé ce matin en descendant entre les Camps 3 et 2. Cette Breaking News nous rappelle que le Manaslu est toujours l’une des montagnes les plus dangereuses de la planète. En savoir plus : Himalayan Times (en anglais).

Lhotse face Sud

Le Sud-Coréen Sung Taek Hong est de retour pour sa 5ème tentative d’ascension de la face Sud du Lhotse (8.516m). Il ne s’agit pas là d’une promenade de santé. Cette voie présente des difficultés sacrément relevées. Elle nécessite une endurance record : entre le pied de la voie et le sommet, pas moins de 3.500m de dénivelé. Si coriace qu’elle n’a été ouverte qu’en octobre 1990, par un duo d’alpinistes russes (et peut-être le printemps précédent par un slovène qui a eu la bonne idée de ne pas prendre de photos).

Hong est venu avec un partenaire de taille, l’espagnol Jorge Egocheaga. Titulaire de son diplômes des 14 sommets de 8.000, Egocheaga est donc déjà arrivé au sommet du Lhotse mais par une voie plus facile ! Au tableau de Hong : le Pole Sud à ski, le Pole Nord à pied et le sommet de l’Everest. Il est également le premier à avoir traversé le Détroit de Béring à pieds. Depuis sa première tentative au Lhotse en 1999, il n’a cessé de vouloir terminer cette ascension. IL est revenu en 2007, 2013, 2014 et 2015. Bonne chance à lui !


Sans les jambes

Hari Budha Magar, privé de ses 2 jambes au-dessus du genou, est arrivé au sommet du Mera Peak (6.476m). Cet ancien soldat Gurkha avait été amputé de ces jambes après de terribles combats en Afghanistan. Mais attention, le Mera Peak n’est qu’une entrée en matière. Histoire de s’entrainer pour le gros projet qu’il a en tête. Au printemps 2018, c’est à l’Everest qu’il devrait s’attaquer ! Pour ce faire, une campagne de crowdfunding est lancée. Pour le soutenir : sur son site Conqueringdreams.org

Le Senior de la bande

Sur le Dhaulagiri, Carlos Soria, espagnol de 78 ans se prépare pour le sommet. Il compte bien ajouter ce sommet à son tableau. Il ne lui reste plus que 2 sommets de plus de 8.000m à atteindre pour avoir coché les 14. L’espagnol s’est mis tardivement à ce projet. Il a grimpé son premier 8.000 à 51 ans (le Nanga Parbat). Il avait 65 ans au K2 et 77 ans l’an dernier en foulant le sommet de l’Annapurna. Après un succès qu’on lui souhaite au Dhaulagiri, il ne lui restera plus que le Shishapangma pour terminer cet exploit. Il devrait donc terminer par l’un des sommets les plus facilement techniquement. On croise donc les doigts. La première tentative au sommet le 16 septembre s’est soldée par un demi-tour à cause de la météo. Suivez Carlos Soria !

On vous tiendra au courant des suites de ces expéditions !

Illustration (c) – Licence Pixabay

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *