Everest Nord : moins de permis mais un grand nettoyage de printemps

Selon le Guardian qui traduit des informations de journaux chinois, l’Everest tomberait sous le coup d’une nouvelle réglementation. Les autorités chinoises ont pris la décision de limiter le nombre de permis d’ascension pour l’Everest en 2019. Au-delà de la baisse du nombre de permis (300 maximum au total), ces derniers devront se concentrer sur la période printanière. Les expéditions de l’automne seraient donc remises en cause sur le versant tibétain. Il s’agit d’une règle provisoire qui ne devrait s’appliquer que cette année.

Limite sur les permis le temps d’un grand nettoyage de printemps !

Pendant cette période, les Chinois comptent se lancer dans un grand nettoyage de la montagne. Des tonnes de déchets devraient ainsi être descendues de la montagne pour être traités et recyclés : tentes, cordes usagées, bidons de stockage, bouteilles d’oxygène… Déjà pendant l’été 2018, près de 8 tonnes de détritus avaient été retirées de la montagne.

Lire aussi : l’Everest est-il toujours une poubelle ?

Le nettoyage devrait s’étaler sur plusieurs mois et pourrait inclure la descente de plusieurs corps gelés à haute altitude. En effet, plusieurs alpinistes décédés lors de leur ascension de l’Everest sont restés là où ils sont morts. Ce n’est pas une mince affaire, ces corps complètement gelés étant très complexes à manier et la très haute altitude rendant tous les gestes plus difficiles.

Au Népal, les choses avancent…

Côté Népalais, le versant le plus emprunté, des règles sont en place depuis plusieurs années pour limiter les déchets. Et des opérations de nettoyage sont régulièrement menées, notamment en fin de saison. En juin dernier, Ben Fogle, acteur britannique et ambassadeur de l’ONU pour l’environnement revenait de l’Everest et en dressait un portrait rassurant. « Je m’étais préparé au pire (…) mais le Nepal devrait être fier. C’est un exemple de la capacité de l’homme à réparer les dommages qu’il a lui-même infligé à la planète. »

Lire aussi : Plus de 32 tonnes redescendues de l’Everest en fin de saison

Petit à petit l’éthique « Leave no Trace », promue par l’ONG éponyme, fait du chemin. Les agences s’organisent pour limiter leur empreinte et les autorités ajoutent leur lot de réglementations. Côté népalais par exemple, les expéditions doivent payer une caution qu’elles ne peuvent récupérer que si elles redescendent suffisamment de déchets. Mais il reste du travail, les glaciers restituant chaque saison des quantités d’ordures enfouies durant les dernières décennies.

Illustration © DR

Everest Nord : moins de permis mais un grand nettoyage de printemps
4.2 (83.33%) 6 vote[s]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here