Expéditions hivernales 2018

Expéditions Hiver 2018 : Altitude Live

Suivez ici les deux expéditions phares de cet hiver : les Polonais au K2 et Txikon/Sadpara à l’Everest. Deux tentatives de premières historiques.  Mais aussi Elisabeth Revol au Nanga Parbat. Enfin, vous retrouverez des nouvelles de l’expédition de Simone Moro vers le froid glacial du Pic Pobeda (Sibérie) ! Mettez le Altitude Live en Favori ! 

Pour le live le plus récent, rendez-vous ici !

LIVE – ARCHIVES

31.01.18
K2.
Le temps est très mauvais avec des vents qui dépassent les 80km/h dès que l’on monte en altitude. Pas d’action avant vendredi sur le K2, la météo l’interdit.
Everest.
Alex Txikon continue d’équiper la voie népalaise d’accès à l’Everest à vitesse grand V. Il est sur le point d’établir son camp IV entre 7.500 et 8.000m. Dès que ce sera fait, retour au camp de base pour le basque et son équipe.
Nanga Parbat. Arrivée en France, Elisabeth Revol devrait restée hospitalisée une bonne semaine. Elle subit quotidiennement des injections de vasodilatateurs. Elle devrait également réaliser une séance d’oxygénation dans un caisson hyperbare dans un hôpital genevois pour accélérer la cicatrisation de certains tissus. Il faudra attendre plusieurs jours, voire plusieurs semaines avant que les médecins statuent sur d’éventuelles amputations.

30.01.18
K2.
Jaroslaw Botor, l’un des sauveteurs envoyé au Nanga Parbat, livre son rapport circonstancié du sauvetage. Il évoque notamment l’assistance prodiguée à Elisabeth Revol et les informations disponibles au moment du sauvetage sur l’état de santé de Tomek Mackiewicz : Il avait “les mains gelées, les jambes aussi et le visage. Il n’arrivait plus à s’orienter dans l’espace et dans le temps. Il n’y voyait plus et e pouvait plus se mouvoir seul”.
Nanga Parbat. Dans Libération aujourd’hui, l’himalayiste français Yannick Graziani confirme que la décision d’Elisabeth Revol était la bonne : “Si Elisabeth Revol était restée, elle serait morte au bout de deux jours”. Lire l’article.
Elisabeth Revol serait en cours de transfert vers l’Europe.
Everest. Alex Txikon a donc finalisé l’équipement de la voie jusqu’au camp 3, il se prépare à aller y dormir pour parfaire son acclimatation. Ce sera sa première nuit à plus de 7.000m depuis le début de l’expédition. Première nuit à 7.000 avant fin janvier, son planning est toujours on-time !

29.01.18
K2. Les 4 membres de l’équipe partis sur le Nanga Parbat pour récupérer Elisabeth Revol sont en stand-by à Skardu. Dès que le temps le permettra, ils regagneront le camp de base du K2 en quelques minutes de vol.
Everest. Alex Txikon est aujourd’hui monté jusqu’au camp 3, à presque 7.200m. Retour ensuite au camp 2 (vers 6.500m).
Nanga Parbat. Le magazine espagnol Desnivel a pu interviewer Urubko à la redescente de leur sauvetage épique. Vers 6.000m, dans la nuit, ils viennent de grimper 1.200m de dénivelé : “À la radio, quelqu’un nous a dit qu’il avait semblé voir une lumière descendre. J’ai commencé à crier – il y avait du vent, c’est un vrai miracle – et nous avons entendu une voix dans l’obscurité. C’était une grande joie parce que nous savions que nous étions proches d’elle et que nous allions enfin pouvoir l’aider”.
Elisabeth Revol devrait arriver en France mercredi. Elle sera prise en charge par un hôpital de Haute-Savoie.
Pik Pobeda. Dimanche, l’équipe a quitté Oust-Nera pour se rapprocher du Pobeda. Ils ont parcouru plus de 200km pour arriver jusqu’à Sasyr, à environ 585m d’altitude. C’est la seule commune habitée à proximité du Pobeda. Quelques éleveurs nomades peuplent aussi la région, mais elle est globalement désertique. A vol d’oiseau, ils n’étaient plus alors qu’à 50km de la montagne. Dès aujourd’hui, ils continuent de se rapprocher. Ils ont couvert presque la moitié de cette distance en quelques heures.

28.01.18
Nanga Parbat. L’expédition prend fin. Elisabeth Revol est en route pour un hôpital à Islamabad. Quant à Tomek Mackiewicz, la météo ne permettra pas de le secourir mais il restera à jamais dans l’Histoire du Nanga Parbat. Lire Elisabeth Revol sauvée au Nanga Parbat.

27.01.18
Nanga Parbat. Tous les yeux sont actuellement rivés sur cette seule expédition : Live dédié. L’expédition eu K2 est en stand-by pendant ce temps.
Everest. Alex Txikon envoyait il y a quelques heures un message de soutien à destination des naufragés du Nanga Parbat : “On est avec vous”.

26.01.18
K2. 
Le camp de base est en alerte pour se tenir disponible dans le cadre des opérations en cours au Nanga Parbat : 4 grimpeurs polonais (Adam Bielecki, Piotr Tomala, Jarek Botor and Denis Urubko) devraient s’envoler demain matin pour rejoindre l’expédition en perdition sur le Nanga Parbat.
Nanga Parbat. Opérations de secours en train d’être préparées : Tomek et Elisabeth semblent avoir eu des difficultés dans leur tentative d’ascension : plus d’infos.
Everest. Après quelques jours de repos, Alex et son équipe son reparti vers le haut pour équiper la voie et s’acclimater.

LIVE – UPDATES + ANCIENS

25.01.18
K2. 3 alpinistes ont dormi au Camp 2 à 6.300m : Bielicki, Kaczkan et Bedrejczuk. Fronia et Tomala ont dormi au camp 1. La météo devrait très vite se détériorer : notamment dès samedi.
De son côté, le grimpeur hospitalisé a subi une petite intervention et se porte comme un charme. Il devrait très vite regagner le camp de base!
Nanga Parbat. La météo se complique au-delà de 7.500m et la fenêtre s’est raccourcie. Si le sommet n’est pas atteint dans les minutes qui viennent, il faudra faire demi-tour et patienter près de 8jours plus bas.
Everest. Conditions très venteuses. Impossible de dépasser les 5.500m, alors on risque fort de rester au camp de base aujourd’hui !

24.01.18
K2. Adam Bielicki reste à 6.300m. Ses compagnons de cordée montent au Camp 1 ou 2 pour continuer leur acclimatation. Un des alpinistes, malade, a du être hospitalisé à Skardu. Rien de grave. Il s’agirait de Dariusz Załuski, le caméraman de 59 ans aux multiples expériences sur les plus hauts sommets du globe.
Nanga Parbat. Si tout va bien, le duo devrait avoir atteint le camp 4 pour un push final au sommet dans quelques heures. On croise les doigts !
Pik Pobeda. Le groupe est arrivé à Iakoutsk ce matin !
Everest. Le repos post-Pumori touche à sa fin, retour sur la préparation de l’itinéraire à l’Everest.

23.01.18
Pik Pobeda. Les 7h de vol entre Moscou et Iakoutsk sont prévues pour ce soir. Le vol suivant, lui, ne durera que 55 minutes mais il est bien souvent annulé à cause du mauvais temps… A l’arrivée à Oust-Nera, la température est déjà proche de -40°C.

22.01.18
Pik Pobeda. Les membres de l’expédition quittent l’Europe, direction la Sibérie. Trois vols pour s’approcher de la destination : un premier pour Moscou, puis pour Iakoutsk en enfin un dernier vol pour Oust-Nera sur les rives du fleuve Indiguirka. Puis ils embarqueront dans des 4×4 pour plus de 300km sur des rivières gelées. Il restera enfin une journée de motoneige pour approcher au plus près de la montagne. La camp de base sera un camp d’éleveurs de rennes. Ce sont les traîneaux de ces éleveurs qui les aideront à approcher encore plus près de cette montagne. Et l’équipe pourra attendre une fenêtre météo…
Alors les skis de rando prendront le relais pour les derniers 8km jusqu’à la face à grimper !  Et il restera 2.000m de dénivelé pour cette ultime partie de l’expédition, jusqu’au sommet à 3.003mètres… Ces jours-ci les températures ne descendent pas beaucoup plus bas que -40°C, mais les météorologues sont formels, les chances pour qu’elles soient plus chaudes sont très minces ! Tamara Lunger avait hésité à partir, craignant le froid, elle va être servie !
K2. Camp 2 installé à 6.300 mètres notamment grace à Denis Urubko !
Everest. Txikon et Sadpara se remettent de leur ascension du Pumori.
Nanga Parbat. L’assaut final se précise. Le duo est au Camp 3 à 7.300 mètres est attend la fenêtre météo qui devrait être là le 25. Bon courage pour l’attente !

21.01.18
Nanga Parbat. Tomek et Elisabeth devraient finalement tenter le sommet dans les tous prochains jours!

20.01.18
K2.
L’équipe prépare toujours la voie jusqu’au premier vrai camp, au-dessus de 6.000m, un premier camp de fortune est installé à 5.900.
Everest. Alex Txikon est arrivé au sommet du Pumori, à 7.161m. Une mise en bouche avant le plat de résistance d’ici quelques jours/semaines : l’Everest !
Nanga Partbat. Plusieurs sources parlent d’un possible Push au sommet demain. Mais les difficultés de communication avec le duo franco-russe nous font prendre cette info avec des pincettes.

19.01.18
K2. 
“Quand je repense à ce qu’on a vécu la première fois en 1987, ce camp de base : c’est le paradis sur terre ! On a un espace chauffé, on peut lire, jouer aux cartes (…) on a même un peu de Wifi alors on peut communiquer avec nos proches. Ce confort (…) nous donne la force de réfléchir à notre grand défi !” Krzysztof Wielicki, leader de l’expé, hier lors d’une interview sur la radio polonaise RMF. Voir le camp de base en vidéo.
Everest. Pour leur détour par le sommet du Pumori, Alex Txikon et son équipe vont faire face à des vents assez soutenus. Ils ne devraient pas passer sous la barre des 50km/h, ce que fera chuter les températures ressenties de plus de 10°C.

18.01.18
K2. Journée de repos au camp de base du K2. L’occasion de parler de l’équipe. Elle est aidée de 4 porteurs de haute altitude pakistanais. Trois d’entre eux viennent de la fameuse vallée de Shimshal : Amina Ullah Baig, Jalal Uddin et Fazal Ali. Les Shimshallis sont au Karakoram ce que les Sherpas sont au Népal. Leurs villages sont situés entre 2.000 et 3.000 et leurs organismes sont naturellement prédisposés à supporter la haute altitude. M. Sadiq, le quatrième porteur pakistanais vient compléter cette équipe. Ils n’équipent pas les voies, travail dévolu aux alpinistes polonais, mais ils porteront des charges jusqu’aux camps.
Everest. Txikon fait une pause de quelques jours dans sa quête hivernale de l’Everest pour gravir le Pumori (7.161m) qui a un début de parcours similaire à l’Everest mais est considéré comme beaucoup plus accessible. Ils seront 4 : Ali Sadpara, 2 sherpas et lui ! De quoi améliorer leur acclimatation !
Nanga Parbat. “Après 2 semaines de vents violents, le temps revient au beau”, message de Tom Mackiewicz depuis 6.700m.

17.01.18
K2. Denis Urubko et Janusz Golab était aujourd’hui sur la montagne pour poser des cordes fixes. 250m posés aujourd’hui et une certitude pour Urubko : il n’y aura pas de Camp 1 à 5.900 mais directement le Camp 2 à 6.200m, les conditions étant bien meilleures pour y installer des tentes. Janusz Golab détaille la journée : “Les cordes fixes de l’été sont inutilisables, elles sont enfoncées dans de la glace dure et épaisse. A près de 6.000m, le vent devenait dingue, on n’a pas pu pas aller plus haut dans ces conditions”. L’équipement de la voie ressemblait à çà :

<< Crevés mais vraiment heureux >> A. Txikon (Expé Everest)

16.01.18
Everest. 
Alex Txikon est arrivé hier au camp 2, à 6.500m. Le camp a été installé 150m plus haut que l’année précédente et la voie entre le camp 1 et le camp 2 a été équipée. Près de 600m de corde fixes ont été posés. Retour au camp de base en fin de journée : “crevés mais vraiment heureux !”.

Nanga Parbat. Elisabeth et Tomek ont été croisés à leur camp de base. A cause de vents violents et de températures très basses, ils ont du faire demi-tour à 6.700m. Ils se préparent à attaquer à nouveau (Source Alpine Adventure – Agence Expé/Trek Pakistan).
K2. Journal de bord de l’expé en ligne : “Je me réveille. Dans la tente -25°C. Tout est gelé. Enlever ton pyjama par ce froid, c’est pas le plus dur… c’est enfiler un tee-shirt gelé ! (…) Tout est gelé : le dentifrice, la crème solaire, les mouchoirs (…). A l’ombre, il fait -25°C. Si le soleil sort on devrait avoir -16°C à midi !”. Lisez le reste avant de vous décider à partir  camper par -25°C… et regardez ces images !

15.01.18
K2. Nouvelles photos !

Everest. Première nuit passée au Camp 1 à 6.000m pour Alex Txikon.

<< Nous allons devoir nous battre pour maintenir le camp >> (Expé K2)

13.01.18
K2.“Dans les jours qui viennent, le vent va arriver sur le camp de base, nous allons devoir nous battre pour maintenir le camp!”. Les conditions climatiques au camp de base du K2 vont se compliquer d’après un membre de l’expédition. Toutes les charges sont arrivées au camp de base, les porteurs peuvent rentrer à la maison !

12.01.18
K2. Premières reconnaissances au-dessus du camp de base aujourd’hui. Objectif d’ici quelques jours, l’établissement d’un premier camp d’altitude aux alentours de 5.900m.
Everest. L’équipement de la voie jusqu’au Camp 1 est terminé. En 5 jours de moins que l’an dernier et avec une équipe presque 2 fois plus petite !

11.01.18
K2. Pendant que le camp de base se prépare, le vent qui soufflait fort ces derniers jours (50 à 60 km/h au camp de base) se calme. Plus haut, pas de répit, le vent reste violent.
Everest. Alex Txikon continue d’équiper la cascade du Khumbu avec ses ice-doctors. Aujourd’hui, il était aux alentours de 6.000m. Temps particulièrement clément au camp de base de l’Everest. Soleil, faible vent et des températures maxi qui approche les -4°C. Plus haut, c’est une autre histoire, les jet-streams se renforcent et les vents pourraient atteindre les 160km/h d’ici à la fin de la semaine.

10.01.18
K2. Après une dernière nuit en camp de fortune, c’est parti pour la construction du camp de base. Elle devrait prendre 2 jours à mesure que les porteurs apportent les dernières charges restées à Concordia. Dès lors : “les 130 porteurs et les 5 sirdars engagés jusque là vont repartir pour Askoli. Il restera, en plus des 13 membres de l’équipe polonaise, le cuisinier et ses 3 assistants cuisiniers ainsi que quatre porteurs de haute altitude” nous confiait l’agence d’Islamabad engagée par les Polonais.
Everest. Alex Txikon présente son équipe sur sa page facebook !
Nanga Parbat. Les sources attestant de la présence de la cordée à 7.300m semble perdre en fiabilité. On ne sait décidément pas bien où ils sont…

09.01.18
K2.
Arrivée au Camp de base, à 5.050m, sous un beau ciel bleu ! Après environ 4h de marche. Aujourd’hui, la moitié des charges devraient y ont été déposées.

<< Ils peuvent enfin voir… le K2 ! >>

08.01.18
K2.
Les Polonais sont arrivés à Concordia, au croisement des glaciers du Baltoro et Godwen-Austen. De là, il peuvent enfin voir… le K2 ! Temps toujours clément mais l’ambiance fraîchit sérieusement. Minimales prévues cette nuit sur le camp : -31°C. Et la neige devrait arriver dès cette nuit. à suivre. 
Everest.
L’équipement de la Cascade du Khumbu est réalisé jusqu’à 5.650m.

07.01.18
K2. L’expé polonaise est arrivée à la prochaine étape : Gore II, sur le glacier du Baltoro. Dans 2 jours ils devraient être au camp de base. Le temps est toujours assez clément. Altitude prévue pour le bivouac de ce soir : un peu plus de 4.300m. Vue à 360° sur le Masherbrum (ou K1, à 7.821m), le Gasherbrum IV (7.925m) et la Tour de Mustagh (7.373m).
Everest. L’équipe continue sa première mission : équiper la cascade du Khumbu (échelles, cordes fixes) pour sécuriser au maximum l’itinéraire. Ce travail a commencé hier et va durer plusieurs jours. A aujourd’hui, l’équipe est arrivé à 5.530m
Nanga Parbat. Tomek Mackiewicz et Elisabeth ont établi leur Camp 3 à quelques 7.300m. Petit à petit, ils approchent de leur objectif pour cette troisième tentative en 4 hivers.

<< -12°C au plus chaud de la journée, malgré un grand soleil >> (Expé Everest)

06.01.18
K2. Les polonais continuent leur route vers le camp de Base du K2. Ils ont mis deux jours au lieu d’un pour arriver à Urdukas (4.000m). Les porteurs avaient des difficultés la veille et le groupe avait dû s’arrêter à Khumburtse.
Everest. L’équipe est toujours au camp de base. Au plus chaud de la journée : -12°C sous abri, malgré un grand soleil. Le vent s’est calmé : les températures ressenties ne sont pas descendues sous la barre des -20°C.

05.01.18
K2. L’équipe de Krzysztof Wielicki avance et a relié Pauju à Khumburtse (3.930m). Le camp de base du K2 approche. La partie « glacier » de l’itinéraire jusqu’au camp de base aussi !
Everest. Un membre de l’équipe en charge du camp de base a chuté et s’est blessé. A tel point qu’il a fallu l’évacuer. Première et espérons dernière rotation d’hélicoptère entre le camp de base et l’hôpital.

04.01.18
K2. Etape du trek d’approche de Jhola (3.200m) à Pauju (3.450m).
Everest. Le vent s’est levé et souffle fort sur le camp de base de l’Everest. Tout le monde se prépare pour la suite. Premier objectif de cette acclimatation hivernale : le sommet du Pumori (7.161m).
Nanga Parbat. Tomek Mackiewicz et Elisabeth Revol continuent leur acclimatation et ont atteint la barre des 6.000m

02.01.18
K2. Pieds et mollets nus pour une première traversée de rivière, température extérieure -10°C.
Everest.
L’équipe de Txikon vient d’arriver au camp de base de l’Everest. Lors de sa précédente tentative hivernale, le camp de base avait été installé un peu plus bas. Il est cette année au plus près de l’Icefall à 5.300m. Il avait surtout été installé deux jours plus tard ! L’équipe est de plus en plus rapide !

Eric T.

Eric, spécialiste de l'univers de la montagne, a mis son baudrier et ses crampons de côté pour rédiger des articles pour : Altitude.news. Business, Nature et Alpinisme sont les trois rubriques principales dans lesquelles vous pouvez retrouver ses articles. Ce montagnard d'adoption est à l'affût d'histoire et d'anecdotes insolites à partager avec ses lecteurs. Pour le contacter directement : eric@altitude.news !

Voir tous les articles de Eric T. →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *