montagne altitude default

Hivernales 2018 en Himalaya : deux expéditions inédites

Alors que l’hiver bat son plein, deux expéditions sont en cours dans la chaîne himalayenne. Côté Karakoram (Pakistan), une équipe polonaise s’attaque au K2 (8.611m). Au Népal, c’est le basque Alex Txikon qui tente sa chance sur les pentes de l’Everest (8.848m). Ces ascensions ont toutes les deux un caractère exceptionnel et si elles venaient à être couronnées de succès, elles pourraient bien entrer dans l’histoire de l’alpinisme. Ces deux expéditions sont déjà largement reliées. Explications.

Krzysztof Wielicki au K2

Deuxième sommet de la planète, le K2 n’a jamais été gravi en hiver. C’est le seul sommet de plus de 8.000m à être resté vierge lors de la saison la plus hostile. Deux ans en arrière, il restait également le Nanga Parbat (Pakistan). Simone Moro, Alex Txikon et Ali Sadpara l’ont vaincu. Ce sont bien Alex et Ali que l’on retrouve cette saison sur l’expédition à l’Everest. Moro de son côté n’est pas présent cet hiver en Himalaya. Les polonais ont plusieurs fois tenté leur chance au K2. Cet hiver, c’est la troisième… la bonne ? Krzysztof Wielicki pilote l’expédition avec 12 alpinistes tous très expérimentés (tant en hivernales que sur les sommets de plus de 8.000m), parmi eux on trouve Denis Urubko ou encore Adam Bielecki.

Polish team K2
Equipe polonaise à la descente de l’avion à Skardu, Pakistan (DR)

Suivre l’expé par GPS (mot de passe : Karakorum) / Suivre l’expé sur Altitude.

Alex Txikon à l’Everest

C’est en 1980 que l’Everest a été gravi pour la première fois en hiver. A cette époque, les bouteilles d’oxygène faisaient partie de l’équipement indispensable à toute ascension de cette ampleur. Au sommet, on retrouve deux polonais dont… Krzysztof Wielicki, le chef de l’expédition de cet hiver au K2.
Le basque Alex Txikon s’attaque à la première montagne du monde avec l’éthique d’aujourd’hui. Une expédition plus légère mais surtout pas d’apport d’oxygène supplémentaire. A ses côtés, Ali Sadpara, qui fut son compagnon de cordée au Nanga Parbat deux ans plus tôt. A la base, c’est un porteur venu de… Sadpara (un village de la région du K2 au Pakistan). Mais au fil des années, il est passé maître dans l’art des hivernales de haute-altitude.
En 1987, un sherpa népalais aurait déjà gravi l’Everest sans oxygène. Quoiqu’il en soit, jamais des alpinistes occidentaux n’ont réussi cette prouesse.

Txikon team
Equipe de l’Everest à Katmandou avant le départ (DR)

Suivre l’expé par GPSSuivre l’expé sur Altitude

Ce sont donc bien deux premières historiques qui pourraient être réalisées cet hiver en Himalaya.

4.7/5 - (3 votes)

Illustrations : DR / Carte : Google.

Eric T.

Eric, spécialiste de l'univers de la montagne, a mis son baudrier et ses crampons de côté pour rédiger des articles pour : Altitude.news. Business, Nature et Alpinisme sont les trois rubriques principales dans lesquelles vous pouvez retrouver ses articles. Ce montagnard d'adoption est à l'affût d'histoire et d'anecdotes insolites à partager avec ses lecteurs. Pour le contacter directement : eric@altitude.news !

Voir tous les articles de Eric T. →

Une réflexion sur « Hivernales 2018 en Himalaya : deux expéditions inédites »

  1. Le récent drame au Nanga parmat pose le probleme de la surenchère médiatique en himalaya.Pourquoi vouloir absolument rééditer l’ascension d’un sommet en multipliant les risques, alors que tout le monde sait qu’en hiver, seul un créneau de temps favorable permettra la réussite.Une tempète en hiver, c’est l’échec assuré, en été c’est la même chose.La seule différence c’est qu’en hiver, il faut être plus patient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.