Record : 2 semaines au lieu de 2 mois pour gravir l’Everest

Il faut généralement compter plus d’un mois d’acclimatation à la haute altitude pour imaginer gravir le sommet de l’Everest. Le principe est simple, pendant plusieurs semaines les alpinistes montent progressivement et reviennent dormir à une altitude plus basse. Leur corps s’habitue doucement à l’effort en altitude. Même les sportifs les plus aguerris doivent passer par cette phase qui n’est qu’indirectement liée au niveau de forme de l’individu. Depuis plusieurs années, un opérateur américain propose une nouvelle approche permettant de réduire drastiquement les temps d’expédition. Avec sa « Rapid Ascent », Alpenglow permet à ses participants une préparation à domicile avant le grand voyage. En réduisant le temps passé sur la montagne, les alpinistes sont exposés moins longtemps aux dangers de la très haute altitude.

Venue de Californie, Roxanne Vogel en a fait une brillante démonstration le 22 mai dernier. Aux côtés de la guide Lydia Bradey, elle n’a fait qu’une bouchée de l’Everest. Une dizaine de jours sur place lui ont été nécessaires pour aller du camp de base au sommet. Entre le décollage de San Francisco et son retour en Californie, il ne s’est écoulé que 14 jours. Un record incroyable mais qui ne va pas sans une longue préparation préalable. Sans tout ce qui va suivre, l’Américaine aurait été foudroyée par la haute altitude.

Une préparation de plusieurs mois

Pendant plusieurs mois, Roxanne Vogel a passé ses nuits sous la tente. Une tente dressée dans sa chambre,  sur son lit. Un petit compresseur permettant de faire varier le niveau d’oxygène simule la montée en altitude. Au fil des semaines, l’Américaine passe ses nuits de plus en plus haut, au-delà de 4.000 mètres. De la même manière, toute une partie de son entrainement intensif est réalisé avec un masque permettant de diminuer l’apport en oxygène. Accompagnée par un médecin spécialisé, l’alpiniste est arrivée au Tibet en pleine forme. Alors que les autres grimpeurs du camp de base mettaient plusieurs jours à se remettre de leur arrivée au camp, elle était déjà en pleine forme pour grimper plus haut.

Lire aussi : LHTLH : la recette de l’acclimatation de Kilian Jornet scrutée par les scientifiques

Déjà en décembre 2017, Roxanne Vogel avait passé près de 5 semaines à dormir dans une tente hypoxique pour préparer une ascension. Elle se préparait pour l’ascension express du Volcan chilien Ojos del Salado. Et ça lui avait plutôt bien réussi : 5 jours après avoir quitté sa maison en Californie, elle était au sommet du volcan à 6.893 mètres d’altitude.

Illustration Record Everest Roxanne Vogel © IG Roxanne Vogel

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here