Partagez...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

A 45 minutes d’Epinal, sur le petit domaine familial de Ventron, la pratique du snowboard est réglementée depuis une vingtaine d’années. Ici dans les Vosges, la clientèle est familiale et les débutants sont nombreux. Alors pendant les vacances scolaires, et les week-ends et mercredis tout le reste de la saison, les snowboards sont purement et simplement interdits. Difficile d’obtenir des chiffres, mais les tendances sont partagées. Moins d’accidents et plus de clients depuis la mise en place de cette interdiction.

Vosges et Utah, même combat ?

A l’autre bout de la planète, dans l’Utah, deux stations ont interdit les snowboards. Mais Alta et Deer Valley ne sont pas comparables à Ventron. Plus de 100km de pistes chacune, à l’échelle nord-américaine, ce sont de grandes stations. Et les surfeurs ne se sont pas laissés faire. En 2014, un collectif de riders assigne Alta en justice pour discrimination. Ils accusaient la station des rocheuses de « priver l’accès à la montagne (au domaine public) à une population déterminée selon des critères irrationnels » (c’est la seule des deux stations en question à utiliser le domaine public, les pistes de Deer Valley sont propriétés privées). Rejeté en première instance, la poursuite a atterri dans une cours fédérale qui a confirmé la réponse. Interdire son domaine skiable aux snowboarders n’est donc pas illégal outre-Atlantique !

Pourquoi tant de haine ?

A l’apparition du snowboard dans les stations à la fin des années 1980, des questions de sécurité se posaient. Les interdictions étaient alors beaucoup plus répandues, méconnaissance oblige. A cette époque, il n’y avait que très peu de moniteurs de snowboard, la plupart des pratiquants apprenaient sur le tas (de neige). Résultat, une maîtrise relative de leur planche et des risques accrus. Mais très vite la profession s’est organisée. Les écoles de ski ont intégré des cours de snowboard et la discipline a même rejoint les Jeux Olympiques ! Les questions de sécurité ne sont donc plus aussi prégnantes qu’aux débuts du sport.

Les stations qui continuent d’interdire les snowboards ont plutôt trouvé un argument marketing pour se différencier des autres ! Réagissant à ce type d’interdictions, des marques de Snowboard comme Burton ont lancé des campagnes de désobbéissance civile, encourageant les riders à skier dans ces stations interdites. Ces pratiques étaient plus courantes dans les premières années de l’apparition du snowboard, quand les stations l’interdisant étaient encore nombreuses. Aujourd’hui, les tenants de ce courant (baptisé « Poaching ») ne sont plus très nombreux…

EN VOIR PLUSReportage de CBS sur les procès

Snowboarders, vous n’êtes pas les bienvenus !
4.5 (90%) 2 votes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here