Andrzej Bargiel
Ski

Andrzej Bargiel, il skie sur les plus hauts sommets

Andrzej Bargiel fête aujourd’hui ses 30 ans. Le nom de ce ski-alpiniste polonais ne vous dit peut-être rien. C’est pourtant une référence dans cet univers. Sa spécialité : les très hauts sommets qu’il redescend sur ses skis. Il a commencé sa carrière comme beaucoup, en participant aux prestigieuses courses de ski alpinisme : Pierre Menta, Patrouille des Glaciers… Mais c’est en 2012 qu’il commence à s’intéresser à la très haute altitude. Cette année là, il fait demi-tour à un peu plus de 7.900 mètres sur les pentes du Lhotse, le géant voisin de l’Everest. Le mauvais temps l’empêche d’atteindre le sommet mais qu’importe, il ne se décourage pas. Et sa descente en ski de 7.900 à 6.000 lui en donne la confirmation : il va recommencer !

Des skis en bois contre des raquettes de ping-pong

A l’âge de 9 ans, il échange deux raquettes de ping-pong et un petit canif contre ses premiers skis. Troc entre voisins. C’est le début d’une grande passion pour le ski pour le jeune Andrzej qui, issu d’une famille d’agriculteurs modestes, n’avait pas les moyens de s’acheter du matériel. Avec des skis de 190 cm et des chaussures en 44, les premières descentes de ce petit garçon devaient être assez spectaculaires. Quelques années plus tard, il passe du temps dans les montagnes où son grand frère travaille comme pisteur. Son talent fait le reste. Il finit par entrer dans l’équipe de ski-alpinisme de Pologne. Il n’a pas 19 ans qu’il est déjà champion de Pologne junior de la discipline.


Le début des records

En octobre 2013, Bargiel est au sommet du Shishapangma (8.013 mètres), il redescend en ski jusqu’au camp de base établissant un nouveau record sur le temps d’ascension. L’année suivante, il est au Manaslu (8.156 mètres). Quatorze heures seulement lui sont nécessaires pour atteindre le sommet, la moitié pour en redescendre sur ses skis. Encore un record.

En 2015, même scénario sur le BroadPeak (8.051 mètres) au Pakistan. Il parvient au sommet et réalise la première descente à skis de l’histoire. Trois heures seulement pour atteindre le camp de base depuis le sommet. En 2016, le polonais délaisse l’Himalaya pour se focaliser sur les 7.000 de l’ex-URSS. Il atteint ces 5 sommets en moins d’un mois. A chaque fois, il part du sommet à ski pour descendre au plus vite ! En 2017, demi-tour sur le K2 en raison des conditions.

Dans son projet de descendre à ski les plus hauts sommets de la planète, Andrzej Bargiel cible encore trois sommets Himalayens (dont l’Everest) mais il compte aussi aller laisser sa trace en Amérique du Sud et au Groenland.

Illustrations © andrzejbargiel.com

Caroline D.

Caroline est spécialiste de l'univers du ski. Elle couvre les différentes compétitions lorsqu'elle n'est pas, elle même, en train de skier ! Et le ski sous toutes ses formes : ski alpin, ski nordique, saut à ski, snowboard, freestyle... côté compétition mais pas que. Elle vous parle également des aventuriers partis skier des pentes vierges au bout du monde ! Pour la contacter directement : caroline@altitude.news !

Voir tous les articles de Caroline D. →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *