La Cour des Comptes et le ski

Chaque année depuis 1832, la Cour des Comptes remet un rapport de plusieurs centaines de pages. Elle y présente ses recommandations sur toute une série de politiques publiques. Dans son nouveau rapport, paru aujourd’hui, la haute juridiction s’intéresse de près à la montagne. Sur les 27 chapitres, un est consacré au tourisme de montagne et à son plus fameux avatar : le ski.

La cour rappelle les conséquences du réchauffement climatique et l’intérêt vital pour nombre d’opérateurs de changer leur modèle. Diversification des activités, projets de développement, voire reconversion complète de l’activité, le rapport aborde plusieurs pistes. Il se fait sévère concernant la prise en compte actuelle des critères de développement durable. Qu’il s’agisse de l’exploitation ou des projets qui touchent l’industrie du ski.

Peu de solutions concrètes sont présentées dans le rapport. Quelques cas particuliers, pas toujours simples à étendre, sont cités en exemple. Les dizaines de pages de réponses argumentées des principaux acteurs concernés semblent souligner une forte déconnexion entre la lecture de la situation faite par la cour des comptes et ce que vivent les parties prenantes sur le terrain.

Des problèmes de gouvernance

Dans l’étude que la Cour des Comptes a réalisée sur un échantillon large de stations des Alpes du Nord, la problématique de la gouvernance semble ressortir. Le rapport pointe du doigt une gouvernance souvent fragmentée, déjà mise en avant dans son rapport de 2011 : « La présente enquête a constaté la persistance de cette dispersion qui ne peut répondre à la concentration croissante des opérateurs dans les domaines les plus rentables, et risque de faire primer, dans la gestion des stations, des stratégies communales potentiellement inadaptées, voire préjudiciables ». Il souligne également les difficultés de gestion de petites communes qui pilotent des budgets comparables à ceux de structures bien plus importantes, les problèmes que peut rencontrer la commune face à des exploitants privés très puissants.

Il semble enfin que certaines communes ne gèrent pas leurs recettes de façon très optimale. Les taxes de séjour, sur les remontées mécaniques et redevances d’occupation du domaine public sont notamment montrées du doigt.

Les impacts du changement climatique

Sur les impacts directs du changement climatique, la Cour des Comptes rappelle les déficits de neige. Notamment en début de fin de saisons. Si elle concède que certaines stations sont moins directement concernées, elle voit les difficultés financières auxquelles font face les sites les plus exposés.

La Cour encourage les communes concernées et les exploitants à « construire un développement plus équilibré ». En favorisant les coopérations, en intégrant plus fortement les préoccupations environnementales et en diversifiant « les axes de développement ». A ce titre, le rapport ne fait pas de propositions miracles. Promouvoir « les activités culturelles, patrimoniales » de la saison estivale risque fort de ne pas être suffisant pour équilibrer les comptes des stations les plus en difficulté.

Lire le rapport

Lire le rapport de la Cour des Comptes

Illustration © TouN

La Cour des Comptes et le ski
4.3 (86.67%) 3 votes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here