aravis

Projets dans les Aravis : les 8 Unités Touristiques Nouvelles !

La Communauté de Communes des Vallées de Thônes (CCVT) a lancé une enquête publique concernant le projet de révision du Schéma de Cohérence Territoriale Fier-Aravis. Jusqu’au 8 janvier, les habitants de la région peuvent donner leur avis sur ce SCoT regroupant les projets les plus structurants pour les dix années à venir. Parmi les nombreuses ambitions de ce projet : 8 Unités Touristiques Nouvelles (UTN) pourraient voir le jour. Objectif affiché : « poursuivre le développement de produits touristiques diversifiés et de qualité, autour de l’offre neige et 4 saisons, en confortant une offre compétitive d’hébergement et de loisirs pour permettre à la CCVT de passer un cap en s’appuyant sur une destination « Grand domaine des Aravis » ».

Trois UTN concernent des hébergements, quatre font référence à de nouvelles remontées mécaniques sur les domaines skiables des Aravis et une dernière concerne un ascenseur valléen « répondant aux enjeux globaux de mobilité ». Aux premiers jours de la consultation, les commentaires des habitants étaient globalement défavorables. Ils sont notamment représentés par un Collectif baptisé Collectif Fier-Aravis. Les détracteurs du projet mettent en avant les conséquences environnementales dans un contexte de changement climatique, ils questionnent aussi la viabilité économique de ce nouveau SCoT. De quoi s’agit-il exactement ?

Les complexes touristiques en projet

UTN1. Un premier complexe pourrait voir le jour au lieu-dit des Chenons, à la Clusaz, aux portes du Domaine de La Balme. Quelques 40.000 m² de plancher pour un total de près de 1.500 lits répartis dans différents types d’établissements. Le front de neige serait également réaménagé sur quelques 6 hectares. Une remontée mécanique « de type téléski » pourrait relier le complexe à la télécabine de la Balme. Les opposants à ce projet pointent du doigt l’absence de stratégie et d’objectifs clairs en matière de tourisme. Ils évoquent également le risque de pénurie d’eau, une ressource déjà contrainte.

UTN2. Le deuxième complexe, au Grand Bornand, sur le secteur de la Joyère pourrait ressembler à un gros Club Med. 40.000 m² de plancher et quelques 1.100 lits. Quelques 400 lits devraient également voir le jour dans le projet, à destination des saisonniers. Une nouvelle route desservirait ces 4,5 hectares de constructions nouvelles.

UTN3. Enfin, au lieu-dit Le Crêt de Saint Jean, à Saint Jean de Sixt, les centres de vacances actuellement existants seraient modernisés et convertis en hébergements de type « classe verte ou classe de neige ». Quelques 200 lits ainsi que des équipements sportifs en jeux.

Lire aussi : Le Grand Bornand : grands travaux, déconvenues et oppositions !

De nouvelles remontées mécaniques, de nouvelles pistes

UTN4. Une liaison inter-station pourrait voir le jour. Elle relierait La Clusaz-Village ou La Clusaz-Chenons, Le Grand Bornand et St Jean de Sixt et permettrait notamment de supprimer les navettes qui assurent aujourd’hui cette mission. Plusieurs tronçons de télécabines se rejoindraient ainsi en une gare intermédiaire unique au sommet de la Tête du Danay. Une nouvelle piste, ouverte aux débutants, permettrait de descendre du Danay jusqu’au Grand Bornand. Les besoins en eau ainsi que les impacts sur la faune et la flore font réagir les détracteurs du projet.

UTN5. Un autre projet viserait à relier Manigod à La Clusaz par La Coverie. Un nouveau télésiège de 4 places permettrait cette liaison, ainsi que trois pistes vertes sur le versant de La Clusaz. Et 3 pistes (une bleue, une rouge, une noire) sur le versant de Manigod, en partie équipées en neige de culture. La zone est aujourd’hui en partie boisée.

UTN6. Sur le Versant Est du Mont Lachat, un télésiège pourrait voir le jour. Il desservirait une nouvelle zone de pistes de près de 10 hectares. Une partie des pistes serait équipée d’un réseau de neige de culture, nécessitant la création d’une retenue de quelques 50.000m3 d’eau. Cette zone est aujourd’hui composée majoritairement de prairies. « La dernière face non urbanisée (…) pourquoi étendre un domaine skiable sur une face Sud-Est où il y aura obligatoirement un grand besoin en neige artificielle ? » déplorent les opposants.

UTN7. Le Combe de la Creuse, « espace aujourd’hui non valorisé » entre deux secteurs du domaine skiable se verrait aménagée. C’est une zone aujourd’hui fréquentée, par gravité, par des pratiquants de hors-piste. Sur quelques 24 hectares, un télésiège 6 places pourrait voir le jour, cinq nouvelles pistes quadrilleraient le secteur. Aucun équipement en neige de culture de prévu, l’orientation nord-ouest, permettant une assez bonne conservation de la neige naturelle. Les opposants se questionnent sur la viabilité du non-équipement en neige de culture dans un contexte de réchauffement climatique. Certains considèrent la zone comme très avalancheuse, critère peu pris en compte dans le projet.

Un ascenseur valléen

UTN8. Permettant de désengorger la Route Départementale 909, une télécabine pourrait relier Thônes au Plateau de Beauregard en moins de 20 minutes. En hiver, elle offrirait une liaison directe avec les domaines skiables des Aravis. Un nouvel appareil notamment destiné aux clientèles de ski à la journée, principalement en provenance du bassin d’Annecy.

Consulter le dossier en ligne !

Illustration © Pixabay

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

15 réflexions sur « Projets dans les Aravis : les 8 Unités Touristiques Nouvelles ! »

  1. Merci pour cette information de la plus haute importance !

    Petit erratum : à la date de publication de l’article (3 janvier), nous sommes presques à la fin de l’enquête et ils ne reste que 5 jours pour répondre. « Aux premiers jours de la consultation » effectivement les commentaires étaient clairement défavorables, ils le sont toujours avant la fin de l’enquête. Quelques hôteliers ont toujours soif de croissance et le font savoir, quand même des élus font un mea culpa via les observations du registre !!

    Amoureux de la montagne donnez votre avis nous avons besoin de vous plus que jamais !

  2. Laissez-moi croire qu’il s’agit d’une blague ! Le réchauffement climatique grignote chaque année des jours à la saison d’hiver. Ces stations de basse altitude n’ont plus aucun avenir en ce qui concerne le ski. C’est une hérésie de continuer à les équiper de canons à neige gourmands en énergie et en eau, de construire et dénaturer toujours plus nos belles montagnes. Arrêtez de ruiner la nature !!! 😦

  3. Énormément de bouchons à la Clusaz, que vont devenir ces stations jusque la agréable ? Et la nature? Il y a une destruction massive du bassin annecien déjà avec toutes ces constructions qui fleurissent de partout, une augmentation en flèche de la pollution qui va s’étendre donc jusqu’aux Aravis! Comme pour le « titanic » les gens continuent à faire la fête pendant que le bateau coule…

  4. Ils ne vont faire qu accélérer le problème du manque de neige/d’eau dans les années à venir avec le réchauffement climatique et vont complètement dénaturer ce beau domaine naturel. Pense t il déjà à ramener de la neige par hélicoptère et au frais de qui? Ca devient aberrant et irresponsable et pour le club Med un investissement risqué 😉

  5. Les gens viennent dans les Aravis pour son authenticité, et son rapport aux traditions.
    Toutes ces infrastructures vont détruire le paysages et les terres agricoles utilisées par nos agriculteurs !

    L’eau ayant été un problème en début de saison dernière, et vu le besoin qu’auront les nouvelles infrastructures je ne pense pas que ce soit judicieux de construire tous ça.

    Pensons aux futur. La neige n’est visiblement pas éternelle ! Et aux vu des conditions climatiques je ne trouve pas ça judicieux de miser là dessus dans les années à venir. Détruire le paysage, supprimer des terres agricoles; deforester les forêts avec toutes ces remontées mécaniques et club hôtel pour qu’ensuite elle ne soit (peut-être) plus utilises, c’est dénué de sens.

    Pensons avenir intelligemment et sauvegardons ce qui fait le charme des Aravis !!

  6. Bien gentil tous ces gens qui ne pensent qu’à leur bien être chez les autres. Mais qu’ils restent donc chez eux pour pratiquer leurs passions. Cela évitera beaucoup de pollution, de désagréments sur les routes, ainsi qu’une perte de temps à discuter pour ne rien dire.

  7. Voilà un beau résumé du projet que vous nous proposez donc pour La Clusaz ? que les anneciens “restent donc chez eux” ? que les touristes “restent donc chez eux” ?
    Vous ne semblez vraiment pas ouvert à la discussion !
    J’ose espéré que vous avez un homonyme administrateur de la SATELC…

  8. Absolument incohérent et inconscients ce projet… Les impactes négatifs irréversibles sur la nature seront désastreux !.. , sur la qualité de vie des gens dans les Aravis pour faire plaisir à des touristes…
    Mais bon, que faire pour empêcher cette horreur..? Nous ne sommes pas en démocratie directe ici… C’est pas la Confédération Helvétique… Et personnellement j’ai pris connaissance de la consultation du 8 janvier bien trop tard…
    Ici c’est le préfet et le ponion qui commandent, notre avis ne compte pas vraiment.

  9. ils sont fous ces élus, ils coupent la branche sur laquelle ils sont assis, ils veulent emplifier la destruction de la nature ce beau massif des Aravis pittoresque et encore authenthique.
    Halte aux pirates de la nature.

  10. J’ai répondu à l’enquête et publié plusieurs fois des avis à ce sujet (délirant) de la croissance infinie des stations alpines
    Malheureusement, j’ai bien peur que tout le monde s’en fiche. Enfin pas vous lecteurs, mais tous les autres et ça fait du monde, voire une majorité n’est ce pas ?
    Les gens derrière ces projets agissent en chefs d’entreprise modernes et sont incapables de penser autrement qu’en taux de croissance perpétuel
    Rien ne les arrêtera mis à part une décision de l’état qui gèlerait toute extension des domaines skiables existants au nom du changement climatique, mais inutile de rêver, cela n’arrivera pas.
    Même mon homonyme le maire de St Gervais, célèbre fort en gueule, se garde bien de polémiquer sur les investissements de sa commune, c’est dire.
    Donc… on va continuer, comme à Samoëns, à construire et bétonner encore et encore, à terrasser les pistes, jusqu’à crever notre montagne et y laisser les ruines de nos délires une fois la neige disparue
    Cela ira vite, moins d’une génération probablement, et fera le bonheur de l’Urbex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *