bear ears

660 tonnes de déchets radioactifs dans les souvenirs d’une réserve protégée !

Bear Ears, en français « oreilles d’ours ». Ces oreilles d’ours sont en fait deux buttes, dans l’Utah (USA), dépassant les 2.700 mètres d’altitude et surplombant le plateau du Colorado. Observée à distance, la perspective fait effectivement penser à des oreilles de plantigrades… En 2016, Barack Obama crée un parc de plus de 500.000 hectares pour protéger la région. Baptisés Bear Ears National Monument, ces lieux sont sacrés pour plusieurs tribus amérindiennes. Poussé par le lobby de l’extraction minière, Donald Trump a décidé de réduire la surface protégée en 2017. Le lobbyiste derrière cette décision n’était autre qu’Andrew Wheeler, depuis devenu le responsable de l’EPA. L’Agence fédérale américaine de Protection de l’Environnement. Un joli message de Washington D.C. s’agissant de la politique environnementale à mettre en œuvre…

Une réserve amputée, tout comme la réglementation…

Amputé de quelques 85%, Bear Ears a surtout vu autorisés l’extraction minière et les forages. Cette nouvelle décision de l’administration américaine date de février 2020. Au passage, l’obligation faite aux industriels de nettoyer et décontaminer les sites miniers après leur passage, apparue sous Obama, a disparu.

Pourquoi Bear Ears est particulièrement visé ? Car dans cette région quasi-désertique, on trouve des réserves… d’uranium ! Et ce n’est pas nouveau, à quelques dizaines de minutes de route des fameuses oreilles d’ours, l’usine de White Mesa fonctionne depuis 38 ans. Au-delà de son activité d’appui à des mines d’uranium du pays, c’est surtout une usine de retraitement de déchets radioactifs. A ce titre, elle reçoit des containers venus de tout le pays. Les restes de produits contaminés sont stockés sur le site, ad vitam. Depuis des décennies, les tribus amérindiennes vivant dans la région se soucient de l’impact de l’usine sur leur santé. Notamment via la contamination de l’eau et de l’air. Les bâches plastiques recouvrant les fosses d’enfouissement étant « obsolètes », aux dires des représentants des tribus.

Le business du retraitement des déchets européens !

A ce stade, les industriels ne se pressent pas au portillon pour ouvrir de nouvelles mines explique le Los Angeles Times (en anglais). S’il est très coûteux et incertain de se lancer dans l’exploitation de nouvelles mines, les industriels de l’uranium préfèrent récupérer les infimes particules du précieux métal dans des déchets contaminés. Une expertise rare dont dispose l’usine de White Mesa. Des déchets arrivent de plusieurs régions des Etats-Unis pour traitement. Mais pas seulement. L’Estonie est sur les rangs pour expédier jusqu’à 660 tonnes de déchets toxiques par an aux portes de Bear Ears (Adventure Journal, en anglais) . Le projet n’est pas encore définitivement ficelé mais il est en bonne voie. Il entraînerait l’attribution à l’usine de White Mesa d’une licence pour enterrer de si grandes quantités de déchets dans le sous-sol de la région.

Un pays européen est donc à deux doigts d’expédier des centaines de tonnes de déchets contaminés dans une région dans laquelle – il y a peu – il était encore question de protection de l’environnement.      

 Illustration © DR

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *