glacier horstman

Le ski d’été en Amérique du Nord vit-il ses dernières heures ?

Depuis plusieurs années, modulo des fermetures de saisons hivernales tardives, on ne compte plus que 2 domaines de ski d’été régulièrement ouverts en Amérique du Nord. Côté Canada, le Glacier Horstman à Whistler Blackcomb. Côté Etats-Unis, Timberline sur les pentes du Mount Hood, dans l’Oregon. S’il est encore possible de skier cet été côté américain, les pistes canadiennes sont fermées. Officiellement pour réduction d’activité liée au coronavirus. Mais les craintes d’une disparition rapide de ces domaines skiables sont nombreuses.

Lire aussi : Le ski d’été en France en cette saison 2020 !

Des investissements pour des activités sans neige

Sur les pentes du Mount Hood, les pistes utilisées en été ne dépassent pas les 2.600 mètres d’altitude. Et si la montagne bénéficie de précipitations neigeuses en quantité l’hiver, le réchauffement climatique a des effets bien réels. En un siècle, le recul du Glacier Eliot est majeur. Laissant des kilomètres de moraines, vierges de glace et de neige. Ça « varie chaque année, mais il y a clairement une tendance » à la baisse de l’enneigement, expliquait un des porte-paroles de la station à l’Oregon Business (en anglais). Les scientifiques affirment que la saison 2015, durant laquelle le domaine de ski d’été avait fermé prématurément, est une bonne idée de ce qui attend Mount Hood dans quelques années. Les principaux investissements actuels de la station se dirigent d’ailleurs vers des activités sans neige. De contemplation ou de VTT par exemple.   

Le glacier recule mais il reste encore de la marge !

Côté canadien, le recul du Glacier Horstman est bien réel. Si la station de Whistler s’est lancée dans la production de neige de culture sur le glacier en 2015, elle n’a fait que reculer l’échéance. Il y a quelques jours, les travaux de démontage d’une remontée mécanique du domaine de ski d’été ont été entrepris et ont rappelé la triste réalité. Ce téléski n’était plus utilisable en l’état, à cause de la fonte du glacier. La station de Colombie Britannique affirme cependant son intention de maintenir son domaine de ski d’été opérationnel dans les années à venir. « Nous sommes impatients d’accueillir les skieurs et les riders pour la saison hivernale, dans plusieurs mois, et notre intention est de rependre le ski d’été en 2021 » a expliqué la station dans un communiqué. Reste qu’à son altitude, entre 2.000 et 2.300 mètres, le glacier est très sensible au réchauffement du climat.

En savoir plus : ce n’est pas étonnant que ces domaines de ski d’été nord-américains soient situés à proximité du Pacifique. Cette région est celle qui reçoit le plus de neige chaque année sur le continent. Les tempêtes qui prennent naissance sur le golfe d’Alaska s’intensifient à mesure qu’elles sont apportées sur le continent par les jet-streams. Quand elles arrivent sur le relief, elles donnent des précipitations abondantes, sous forme de neige la plupart du temps. Les courants d’air froid venu d’Arctique aidant à abaisser fortement la limite pluie-neige.

Illustrations © Jim Crocker CC BY-ND 2.0

Eric T.

Eric, spécialiste de l'univers de la montagne, a mis son baudrier et ses crampons de côté pour rédiger des articles pour : Altitude.news. Business, Nature et Alpinisme sont les trois rubriques principales dans lesquelles vous pouvez retrouver ses articles. Ce montagnard d'adoption est à l'affût d'histoire et d'anecdotes insolites à partager avec ses lecteurs. Pour le contacter directement : eric@altitude.news !

Voir tous les articles de Eric T. →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *