stations américaines

Pénurie de personnel dans les stations de ski américaines : salaire +20% !

Une pénurie de personnel sans précédent s’abat sur les stations de montagne américaines.

Attirer des employés saisonniers en montagne n’est pas chose aisée et ce n’est pas nouveau. Déjà en 2018, la très select station d’Aspen tirait la sonnette d’alarme. Et se résolvait à augmenter massivement les salaires de plus de 12% ! Puis la pandémie de covid-19 est venue compliquer la donne. En suspendant certains visas de travailleurs étrangers et autres stagiaires, les autorités américaines ont accentué la pénurie. Du côté de Parc City, quelques 6.000 travailleurs saisonniers sont nécessaires à un hiver « normal ». Plus de 2.000 sont généralement pourvus par des travailleurs étrangers. Un tiers du contingent de saisonniers a donc purement et simplement disparu.

Dans le même temps, les travailleurs américains sont moins enclins à faire les sacrifices nécessaires pour vivre en montagne, le temps d’une saison. Car si les salaires sont plutôt plus élevés en station, le coût de la vie l’est encore plus. A Breckenridge et dans les environs, le coût de la vie est +35% plus élevé qu’ailleurs dans l’Etat. L’impact du coût de la vie n’est pas compensé par les salaires. D’autant que la pandémie a généré un autre effet collatéral, des télétravailleurs désireux de prendre un bol d’air en montagne louent des petites surfaces pour venir y travailler. Autant d’hébergements bon marché que ne peuvent plus louer les saisonniers.

Pénurie de staff en stations de ski : nouvelles augmentations de salaires !

C’est dans ce contexte que plusieurs stations, et notamment une dizaine du groupe Vail Resorts, ont annoncé de nouvelles augmentations de salaires. Et entre autre l’instauration d’un salaire horaire minimum de 15 dollars. Dans certains cas, une augmentation de +20% ! De nouveaux avantages sociaux sont également proposés, comme une meilleure couverture santé. A Aspen, un gros hébergeur tente lui aussi d’attirer des saisonniers avec des primes versées au recrutement, de l’ordre de 500 dollars (lien en anglais). Mais de l’aveu même de l’employeur, cela n’attire personne.

Les entreprises qui doivent limiter leur fonctionnement sont nombreuses. Des restaurants en partie fermés, des événements qui n’ont pas lieu… Des aides fédérales destinées aux sans-emploi dans le cadre du covid vont bientôt cesser d’être distribuées. Certains travailleurs pourraient ainsi être tentés de retrouver le chemin des stations. Les employeurs comptent dessus, ainsi que sur la réouverture des frontières, pour stabiliser la situation en prévision de l’hiver.

Illustration  © DR

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *