ski pass sanitaire

Nouveau variant et cinquième vague : les stations de ski croisent les doigts

Comment ne pas repenser à la saison dernière, durement impactée par la fermeture des remontées mécaniques. Pour l’heure, c’est le pass sanitaire qui devrait permettre aux pistes de ski de rester ouvertes.

Alors que le monde entier découvre la propagation du variant Omicron, le dernier en date, les indicateurs de contaminations sont à la hausse en France. Avec un taux d’incidence de 271 cas par semaine pour 100.000 habitants, il faut revenir à avril dernier pour avoir une pareille situation. A cette époque, les remontées mécaniques étaient fermées en France et dans plusieurs pays d’Europe. Pour permettre le redémarrage de l’activité économique des stations (dont le poumon majeur reste le ski), les autorités françaises ont pris les devants. Les remontées resteront ouvertes ! Mais dès que le taux d’incidence dépasse les 200, le pass sanitaire deviendra obligatoire. Il a suffit de quelques semaines pour que ce fameux taux dépasse la limite fixée. Il est largement dépassé au plan national et un regard plus local ne change rien à l’affaire. Tous les départements de montagne sont dans le rouge.

Taux d’incidence au 28/11/21

Haute-Savoie 344
Savoie356
Isère326
Hautes-Alpes289
Jura417
Pyrénées-Orientales296
Pyrénées-Atlantiques385
Hautes-Pyrénées442
Données Santé Publique France via CovidTracker

Les stations sont encore peu nombreuses à être ouvertes. Mais dès le week-end prochain et les suivants, ce sera le véritable lancement de la saison. Des contrôles du pass sanitaire devraient être organisés dans les espaces de vente, les cours de ski et même sur les domaines skiables. L’application de cette règle pourrait bien se révéler un casse-tête pour les opérateurs, et générer des coûts additionnels. Mais face au risque d’une nouvelle saison blanche, ils vont tout faire pour appliquer cette contrainte. L’ « important c’est d’ouvrir : » clament les professionnels relayés par l’Indépendant.

Dans les grandes stations d’Isère (Alpe d’Huez, Deux Alpes…), « il y aura entre une heure et une heure et demi de contrôles matin et après-midi, des contrôles aléatoires avec une équipe assermentée » explique Fabrice Boutet, directeur de l’opérateur des domaines en question, à France Bleu Isère. Un décret d’application du pass sanitaire dans le cas spécifique des stations de ski devrait être publié prochainement.

Des salariés vaccinés ou testés

Autre problématique pour les opérateurs : celle des salariés qui doivent également posséder un pass sanitaire. En tous cas, ceux en contact avec les clients. Et qu’ils s’agissent des équipes de vente, des employés sur les remontées mécaniques ou même des pisteurs, une grande majorité des effectifs des domaines skiables sont au contact des clients. Pour les réfractaires au vaccin, la nouvelle règle est qu’un test reste valable 24 heures. Donc un nouveau test pour chaque journée de travail. Autrement dit, une nouvelle embûche pour les professionnels du tourisme qui peinent à trouver des saisonniers !

Illustrations © Pixabay

4.5/5 - (15 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.