quimos

Ces petits hommes qui vivaient dans les montagnes de Madagascar

Une tribu d’hommes de petite taille vivait dans des montagnes au cœur de l’île de Madagascar. Ce peuple de montagnards demeurait coupé du reste des Malgaches. On les appelait les Quimos. Commerson, naturaliste de l’expédition de Bougainville, en faisait la description suivante dans des textes datant du XVIIIe siècle.

On se laisserait prendre à ces récits d’ethnologues si ce n’était qu’exagération et propos rapportés et déformés. Car Commerson ne les a jamais vu de ses yeux… Ces Quimos n’auraient donc jamais été une réalité ? Pas si sûr, une publication de 1967 signée par un auteur respecté laisse penser qu’ils auraient peut-être existé…

« Je veux parler de ces demi-hommes qui habitent les hautes montagnes de l’intérieur de la grande île de Madagascar, et qui y forment un corps de nation considérable, appelée Quimos ou Kimos en langue madécasse. Otez-leur la parole, ou donnez-la aux singes grands et petits, ce serait le passage insensible de l’espèce humaine à la gent quadrupède. Le caractère naturel et distinctif de ces petits hommes est d’être blancs, ou du moins plus pâles en couleur que tous les noirs connus ; d’avoir les bras très allongés, de façon que la main atteint au-dessous du genou sans plier le corps ; et pour les femmes, de marquer à peine leur sexe par les mamelles, excepté dans le temps qu’elles nourrissent, encore veut-on assurer que la plupart sont forcées de recourir au lait de vache pour nourrir leurs nouveaux nés.

Quant aux facultés intellectuelles, ces Quimos le disputent aux autres malgaches, que l’on sait être forts spirituels et fort adroits, quoique livrés à la plus grande paresse. Mais on assure que les Quimos, beaucoup plus actifs, sont aussi plus belliqueux ; de façon que leur courage étant, si je puis m’exprimer ainsi, en raison double de leur taille, ils n’ont jamais pu être opprimés par leurs voisins, qui ont souvent maille à partir avec eux.

Quoique attaqué avec des forces et des armes inégales (car ils n’ont pas l’usage de la poudre et des fusils comme leurs ennemis), ils se sont toujours battus courageusement et maintenus libres dans leurs rochers, leur difficile accès contribuant sans doute beaucoup à leur conservation. Ils y vivent de riz, de différents fruits, légumes et racines, et y élèvent un grand nombre de bestiaux (bœufs à bosse et moutons à grosse queue) dont ils empruntent aussi en partie leur subsistance. Ils ne communiquent avec les différentes castes malgaches dont ils sont environnés ni par commerce, ni par alliance, ni de quelque autre manière que ce soit, tirant tous leurs besoins du sol qu’ils possèdent.

Comme l’objet de toutes les petites guerres qui se font entre eux et les autres habitants de cette île est de s’enlever réciproquement quelque bétail ou quelques esclaves, la petitesse de nos Quimos les mettant presque à l’abri de cette dernière injure, ils savent, par amour de la paix, se résoudre à souffrir la première jusqu’à un certain point, c’est-à-dire quand quand ils voient du haut de leurs montagnes quelque formidable appareil de guerre qui s’avance dans la plaine, ils prennent d’eux-mêmes le parti d’attacher à l’entrée des défilés par où il faudrait passer pour aller à eux quelque superflu de leurs troupeaux (…). »

Lire aussi : [Montagnes du Monde] Y-a-t-il des montagnes à Madagascar ?

Illustration Paysage Madagascar © DR

Eric T.

Eric, spécialiste de l'univers de la montagne, a mis son baudrier et ses crampons de côté pour rédiger des articles pour : Altitude.news. Business, Nature et Alpinisme sont les trois rubriques principales dans lesquelles vous pouvez retrouver ses articles. Ce montagnard d'adoption est à l'affût d'histoire et d'anecdotes insolites à partager avec ses lecteurs. Pour le contacter directement : eric@altitude.news !

Voir tous les articles de Eric T. →

Une réflexion sur « Ces petits hommes qui vivaient dans les montagnes de Madagascar »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *