montagne altitude default

Fin juillet 1998 : Eric Escoffier disparait au Broad Peak !

En ce mois de juillet 1998, la France est encore dans la joie de sa victoire historique à la coupe du monde de football. A plusieurs milliers de kilomètres du Stade de France, un athlète tricolore s’attaque à son sixième sommet de 8.000 mètres. Cet athlète, c’est Eric Escoffier.

Dans les années 1980, Eric Escoffier fait partie d’une génération montante de grimpeurs. Il réalise des prouesses dans les Alpes, des premières ascensions en solitaire, des premières hivernales comme en 1984 sur la voie slovène des Grandes Jorasses. En 1985, il grimpe en quelques jours trois sommets de 8.000 mètres : le K2, et les Gasherbrum I et II. Il en reste un, juste à côté. Le Broad Peak. Il va essayer puis finalement renoncer, fortement affecté par la perte d’un de ses camarades de cordée quelques jours plus tôt sur le K2. En 1986, il signe l’ascension du Shishapangma, son quatrième 8.000. Profit réussit la trilogie des faces nord avant lui mais qu’à cela ne tienne, il trouvera d’autres défis [Voir aussi : sa tentative de trilogie en film !]. Sauf que quelques mois plus tard, la belle histoire tourne au cauchemar..

Eric Escoffier : tout bascule en septembre 1987

En 1987, un accident de voiture dans les Gorges de l’Arly le laisse partiellement paralysé. Tout semble s’arrêter. Les sommets s’éloignent. Mais des années de persévérance et de rééducation plus tard, il est de retour en Himalaya. Une jambe gauche raidie, il ne veut pas accepter les conseils des médecins. Il ne renoncera pas à sa passion. Il va même se persuader qu’il peut, malgré son handicap, gravir les 14 sommets de plus de 8.000 mètres que compte la planète et bien plus encore. En octobre 1997, il réussit ainsi le Cho Oyu et ses 8.201 mètres. De quoi lui redonner confiance. L’été suivant, il part pour le Karakoram. Dans ce secteur du Pakistan, il a déjà gravi trois sommets majeurs, il ne lui reste qu’un 8.000 à décrocher : le Broad Peak. 8.047m.

Retour fatal au Broad Peak

En 1998, il est de retour sur cette montagne sur laquelle il avait renoncé quelques 13 ans plus tôt. Avec Pascale Bessière et Jean-François Lasalle, Escoffier file vers son sixième 8.000. Année après année, il a retrouvé confiance, même si son corps n’est plus le même. Une tentative de sommet est lancée le 28 juillet. Lasalle renonce à 7.600 mètres mais les deux autres continuent vers le sommet, les conditions météorologiques se détériorant. En fin de journée, on les aperçoit s’installant pour bivouaquer vers 7.800 mètres. Le lendemain, une cordée polonaise les voit en train de grimper vers le sommet vers 10h30. Une heure plus tard, un des Polonais regarde à nouveau et scrute l’arête sommitale. En vain. Il n’y a plus aucune trace des deux Français. Personne ne sait précisément ce qui s’est produit, une chute de l’arête sommitale est probable. Eric Escoffier n’avait pas 40 ans.  

Illustrations © DR

4/5 - (23 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.