Mont Pagan

Mont Pagan : les militaires veulent en faire leur terrain de jeu !

Au cœur du Pacifique, une montagne fait sa loi depuis des décennies. Le Mont Pagan a même forcé les habitants de l’île éponyme à fuir lors de sa dernière éruption. Mais aujourd’hui, l’armée américaine souhaite s’approprier les lieux pour des exercices de bombardement grandeur nature.

Découverte des lieux et de cette montagne perdue au milieu de l’océan.

Ce volcan perdu au milieu de l’océan

L’histoire se passe quelque part entre Hawaï et les Philippines, à près de 12.000 kilomètres de la France. L’archipel des Iles Mariannes du Nord est formé d’une multitude d’îlots, tous tirés hors de l’eau par des volcans, la plupart désormais éteints. Ces territoires sont placés sous le contrôle des Etats-Unis depuis la fin de la seconde guerre mondiale mais jouissent d’une certaine forme d’indépendance. Au milieu de cet archipel, une île se démarque. Pagan. C’est la seule sur laquelle on trouve des volcans actifs. Deux stratovolcans dont le Mont Pagan qui approche les 600 mètres d’altitude. En mai 1981, ce dernier entre en éruption et un torrent de lave déferle sur les terres agricoles de l’île puis sur le petit aérodrome. Avant que la situation n’empire, la centaine d’habitants est évacuée vers d’autres îles, à 20h de bateau de là. Ils ne sont toujours pas revenus.

Lire aussi : Top 5 des volcans les plus meurtriers de la planète

Des militaires attirés par les lieux

Considérant cette île comme déserte, l’armée américaine a eu tôt fait de s’y intéresser, dès le début des années 2010. Sa configuration, en partie montagneuse, ses plages permettant des débarquements amphibies, son éloignement des îles habitées. Sur le papier, le site parfait pour des exercices militaires à grande échelle. Alors que l’Etat Major américain voyait déjà ses bombardiers pulvériser les pentes du Mont Pagan, la résistance s’est organisée. Localement, et au-delà. Le Sierra Club fait alors partie des ONG à vouloir défendre les lieux contre toute emprise militaire. Des scientifiques se sont aussi élevés pour expliquer que l’île abritait de nombreuses espèces rares et en danger. Enfin, les habitants évacués 30 ans plus tôt ont manifesté leur envie de revenir chez eux. Soulignant qu’une petit dizaine d’irréductibles n’avaient toujours pas quitté l’île et y vivaient toujours dans des conditions plus que précaires.

Une suite incertaine au pied du Mont Pagan !

L’armée américaine propose régulièrement une version amendé de son projet pour tenter de concilier les différentes parties mais rien n’y fait. Désormais, la municipalité des îles du nord a enclenché la vitesse supérieure. Elle a démarré les démarches d’attribution de terres aux exilés de 1981 et à leurs descendants. Histoire de repeupler l’île et de faire reculer un peu plus les velléités du Département de la Défense. Une reconquête de leur propre île qui doit s’accompagner de travaux importants pour remettre en état l’aérodrome et un petit port. Aujourd’hui, aucune infrastructure ne permet de rejoindre l’île facilement.

Mais l’armée n’a pas dit son dernier mot et la construction d’un port ou d’un aéroport aux frais de la municipalité n’est pas pour déplaire aux militaires. De tels investissements étaient inclus dans leur projet, ce serait toujours çà d’économisé… Mais les locaux ne comptent pas investir dans Pagan pour tout laisser aux militaires. Ils ont aujourd’hui des projets de développement touristique sur l’île, la seule de l’archipel à posséder des plages de sable noir !

Illustrations © NASA Earth Observatory – CC BY-SA 2.0

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *