coronavirus népal

Le coronavirus entre au Népal et inquiète l’industrie touristique

D’après l’Association des Agences de Trekking Népalaises, les touristes ont déjà commencé à annuler leur venue au Népal. Hari Bhujel, un des porte-paroles de cette organisation, indiquait à l’Himalayan Times : « La peur du virus a d’ores et déjà des effets sur l’industrie du tourisme et devrait affecter le programme Visit Nepal 2020 lancé par le gouvernement ».

Parti de la région de Wuhan, en Chine, le virus a d’ores et déjà touché plusieurs milliers de patients. Déjà plus de 80 sont morts. Et des cas de malades sont déclarés en Europe, aux Etats-Unis, en Asie et notamment au Népal.

Coronavirus : au moins 3 cas au Népal ?

Le premier cas de malade du Coronavirus au Népal a été authentifié le 25 janvier dernier, deux autres cas ont été signalés depuis. Le Ministre du Tourisme, Yogesh Bhattarai, a notamment encouragé les responsables de l’aéroport international de Katmandou à se mettre en alerte. Mais il se veut rassurant : « Bien que le coronavirus soit alarmant et que notre pays voisin lutte pour surmonter ce défi, nous ne devons pas trop nous inquiéter. A ce jour, le Népal est assez sûr ! » a-t-il précisé. Dans le cadre de son programme Visit Nepal 2020, le pays comptait attirer quelques 350.000 visiteurs chinois.

Mais ce ne sont pas les seuls liens entre Chine et Népal. Plusieurs milliers d’étudiants népalais font leurs études de l’autre côté de la frontière. Autant de personnes susceptibles de rapporter le virus sur le territoire népalais.

Dans le Katmandupost, l’éditorial est bien moins rassurant que le Ministre. « Le Népal doit s’améliorer, le Ministère de la Santé est généralement mal préparé à gérer ce type d’épidémie (…) nous avons des ressources limitées pour faire face à ce type de problème ». Pour preuve, les deux derniers patients suspectés d’être contaminés par le virus n’ont pas été gardés en quarantaine alors même que les résultats des tests n’étaient pas encore connus. « En attendant que les résultats n’arrivent, les patients peuvent avoir contaminé plusieurs personnes, membres de la famille, proches, voisins… » explique un médecin népalais, critique de la situation actuelle.

Illustration © DR

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

5 réflexions sur « Le coronavirus entre au Népal et inquiète l’industrie touristique »

  1.  » Le coronavirus entre au Népal  » …. 1 seul cas avéré et soigné, le 30 janvier
     » Plusieurs milliers d’étudiants népalais font leurs études de l’autre côté de la frontière.  » … Comme d’autres milliers d’étudiants du monde entier

    L’art d’entretenir la confusion…
    Avec le rapatriement à venir des français de Whuan et les liaisons aériennes maintenues, je ne sais pas quel est le pays le plus sûr : France ou Népal ?
    Fuyez la France et allez au Népal… Ou sur la Lune ! J’entretiens la confusion à mon tour 😉

  2. Bonjour,le 12 Mars 2020 ns devons partir au Nepal pour 3 semaines y a t il des risques du coronavirus
    et ont ils prevu d annuler tous les voyages venant de France.Merci

    1. A aujourd’hui, seuls les ressortissants européens venus d’Italie ne peuvent plus obtenir de visa à l’entrée. Les Français peuvent toujours entrer dans le pays “facilement”. Les autorités népalaises ne font pas actuellement état de nouveaux malades du coronavirus sur leur territoire (1 cas déclaré il y a quelques semaines). Mais un malade Espagnol, décédé le 13 février de retour dans son pays revenait du Népal. Le virus a donc possiblement circulé dans ce pays qui a des liens assez étroits avec la Chine. Il y a donc des risques comme partout, en ayant en tête que le système de santé du Népal n’est pas encore tout à fait prêt à faire face à une épidémie d’ampleur. A ce stade, pas de consigne globale, le Quai d’Orsay ne déconseille pas les voyages au Népal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *