Bhoutan

Bagarres musclées dans les montagnes du Bhoutan !

En ce printemps, de vives tensions ont éclaté au Bhoutan. De multiples incidents entre braconniers et autorités bhoutanaises, militaires et gardes forestiers. Bilan : plusieurs hospitalisations et un mort.

Le Bhoutan est un petit Royaume himalayen. Connu pour sa volonté de faire prédominer son concept de Bonheur National Brut sur tout autre indicateur économique. Mais ce Shangri-La fantasmé par nombre d’Occidentaux est aussi une société en pleine transformation dans laquelle les directives voulues par la capitale sont parfois éloignées du fonctionnement des régions les plus reculées. Et quand une importante source de revenus est en jeu, dans un des états les plus pauvres du continent, le mélange est détonnant. Cette source de revenu, ce sont les plantes médicinales. Et plus particulièrement le cordyceps, un champignon très rare que la médecine traditionnelle chinoise paye au prix (très) fort. Pas loin de 25.000 Euros le kilo.

Des groupes de braconniers font la loi dans les montagnes

Historiquement, les habitants des régions de montagne où il pousse ont le droit de les récolter. Et comme le rappelle la presse locale, les communautés des hautes terres « se sont visiblement enrichies ». Suscitant la convoitise de centaines de braconniers, désormais violents et organisés notamment grâce à la démocratisation des réseaux sociaux. Les récoltants locaux préfèrent fuir que de risquer leur vie dans les alpages. Et quand les autorités tentent d’intervenir, les braconniers les reçoivent avec des volées de pierres. Plusieurs incidents ont été recensés ces dernières semaines, faisant plusieurs blessés. Impliquant quelques 300 braconniers. Une des valeurs véhiculée par le Bonheur National Brut est la renonciation au désordre généré par la cupidité. Sur le terrain, la réalité prend parfois un autre visage.

Un champignon condamné à brève échéance

Si les autorités ne trouvent pas rapidement une solution à ce problème grandissant, une autre victime sera bientôt à ajouter sur la liste. Le fragile cordyceps, aussi connu sous le nom de yarsagumbu . Car si la législation du Bhoutan n’autorise que quelques personnes à récolter le précieux champignon, c’est que sa surexploitation pourrait bien le condamner à brève échéance. Sans compter que l’évolution du climat local devrait de toute façon être fatal au champignon « d’ici quelques décennies ». De quoi maintenir de vives tensions autour de cette mine d’or en voie d’extinction pour les années à venir.

Illustrations © Pixabay

4.6/5 - (9 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.