Vallée de la Clarée

Une vallée alpine sauvée de la fièvre de l’or blanc, des projets d’autoroute et d’extraction minière !

Une vallée des Hautes-Alpes aurait pu devenir une usine à ski, une autoroute, abriter une voie ferrée et même une mine d’uranium. Mais tous ces projets ont échoué, grâce notamment à la mobilisation des habitants. Découvrez l’histoire de la Vallée de la Clarée.

Dans les années 1960, l’Etat français se lance à plein régime dans le développement du tourisme de montagne. L’industrie du ski prend son essor à la faveur du Plan Neige, dont une des volontés les plus ambitieuses et de créer de nouvelles stations, sur des sites vierges. Avoriaz, Tignes, La Plagne, Les Arcs, Val Thorens, Flaine. Toutes ces grandes stations sont nées à cette période. Les Alpes du Nord ne sont pas les seules à « bénéficier » de ces projets qui créent une activité économique dans des vallées souvent paupérisées. Dans les Hautes-Alpes, Superdévoluy voit le jour en 1966. Quelques années plus tard, Orcières-Merlette voit son développement accéléré. Puis c’est au tour des Orres de sortir de terre. L’essor de ces stations suscite l’intérêt de certains.

Lire aussi : Quand un projet de station de ski entre Tarentaise et Maurienne échoue

Un projet de station de ski dans la vallée de la Clarée

Au début des années 1970, sur les hauteurs de Briançon, les idées fusent. A la faveur d’une ligne de chemin de fer qui grimperait vers le col de l’Echelle et passerait en Italie via un tunnel, une station intermédiaire pourrait permettre d’accéder à une ligne secondaire desservant Névache et la haute vallée de la Clarée. Avec une telle facilité d’accès, le projet ne s’arrêtait pas là et comptait bien développer la vallée. Des remontées mécaniques auraient ainsi pu permettre aux visiteurs d’accéder à un véritable domaine skiable d’ampleur. Dont les pistes seraient allées jusqu’à la Vallée Etroite, dernière enclave française après le Col de l’Echelle. De nombreuses constructions allaient de pair avec ces pistes de ski.

Le projet qui n’a pas échoué : la classification de la vallée !

Dans le même temps, un projet de voie rapide reliant Marseille à Turin se précise. Une autoroute qui passerait par… la Vallée de la Clarée. Les habitants s’organisent pour s’opposer à ces multiples idées qui ont pour point commun les impacts colossaux sur cette région de montagne jusqu’alors si préservée. Un projet de mine d’uranium sera même un temps sur la table. Dénoncé lui aussi par les habitants. Une voie ferrée et un tunnel. Eux aussi, repoussés par les habitants.

L’impulsion d’une institutrice retraitée, Emilie Carles, aidera à faire refluer les projets d’aménagements divers et variés. Avec de nombreux habitants mobilisés, elle va contribuer au classement de la vallée qu’elle ne verra pas de son vivant. En 1992, la Vallée de la Clarée est classée au titre de la loi du 2 mai 1930. Elle est sauvée. Le code de l’environnement précise alors par ce classement : « la préservation » du site présente « un intérêt général ». Plus tard, le classement en site Natura 2000 viendra renforcer la protection du site, notamment sur les questions de biodiversité.    

Illustrations © JeDiraisQue CC BY-SA 3.0

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *