tribune cognetti glacier

La Tribune de Paolo Cognetti en écologiste extrémiste !

L’écrivain Paolo Cognetti livre cette semaine une tribune dans un quotidien transalpin. Le chantier interrompu par les autorités suisses sur un glacier à cheval sur la frontière l’a inspiré.

Cette semaine, une tribune signée Paolo Cognetti était publiée dans La Repubblica. Le quotidien italien ouvrait ses colonnes à l’écrivain, connu pour ses Huit Montagnes. Roman qui a reçu le prix Médicis Etranger en 2017. Ce dernier s’y décrit non sans humour et ironie en écologiste extrémiste. Avec une cagoule qui « me faisait beaucoup transpirer ». Et des cocktails molotov qu’il vide « dans le réservoir de sa voiture » au retour de la manif. Quelques extraits…

« Un skieur professionnel ne peut pas tomber dans une crevasse en direct à la télévision »

Il raconte l’histoire de cette piste transfrontalière reliant Suisse et Italie. Conçue pour organiser des courses de coupe du monde de ski alpin. « ils ont inventé une nouvelle piste de ski ».

« Si l’on ne peut plus skier à 2 000 mètres, il ne reste plus qu’à monter à 4 000, au moins pour un moment encore. Ces bulldozers comblent les crevasses. Un skieur professionnel ne peut pas tomber dans une crevasse en direct à la télévision. Le bulldozer, sur lequel travaille sans doute un de vos amis, enlève la glace d’un côté du glacier, comble les crevasses de l’autre, puis passe la balle à la chenillette qui fraise et lisse le bas de la pente. Cependant, pour des raisons de sécurité, cette année, ils ont construit un système d’enneigement artificiel, même à 3 800 mètres d’altitude. La course, qui démarre aujourd’hui, aura lieu, d’une manière ou d’une autre. Même certains skieurs professionnels commencent à se rebeller. Pour se demander : désolé, mais à quoi ça sert que notre sport se fasse de cette façon ? ».

« Installations abandonnées, télésièges rouillés »

Il raconte aussi comment cette montagne devient un refuge à millionnaires. Et ne cible plus les « petites familles avec un sandwich dans leur sac à dos ». Puis dénonce ces professionnels de la montagne qui « ne comprennent pas pourquoi on les dérange ». Ces ressources (comme l’eau) que l’on se doit de partager. Il finit en proposant une nouvelle utilisation pour la subvention gouvernementale de 128 millions d’Euros. Accordée initialement pour construire une piste de bobsleigh pour les Jeux de 2026, elle ne sera pas dépensée (en utilisant la piste d’un pays voisin). Et on pourrait bien réutiliser cet argent « pour nettoyer les nombreuses ruines qui jonchent nos montagnes. Installations abandonnées, télésièges rouillés, pistes de bobsleigh des Jeux olympiques passés, trampolines futuristes sur lesquels la forêt, heureusement, repousse. »

Illustration © Protect our Winters – POW CH

4.2/5 - (5 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.