énergies propres

Des stations de ski qui fonctionnent avec des énergies propres

Pour faire tourner ses télésièges, éclairer et chauffer ses hébergements, une station de ski a besoin d’électricité ! En France, environ 20% de l’électricité produite est d’origine renouvelable. Toute station fonctionne donc, sans même le vouloir, avec 1/5ème d’énergie verte. Mais certains opérateurs décident d’aller plus loin. Si certains utilisent ces arguments comme des outils marketing, d’autres ont un véritable engagement pour la planète. Tour d’horizon des deux côtés de l’Atlantique.

Des centrales solaires naissent pour faire tourner les stations américaines

Dans les années 1980, deux projets de barrages voient le jour sur les hauteurs du Colorado. Une idée commence à germer dans la tête des décideurs de la ville et station de ski mondialement connue Aspen. En 2004, l’idée se concrétise et la décision est prise : Aspen doit réussir à fonctionner avec 100% d’énergies propres. Cette décision est suivie par le lancement de plusieurs chantiers d’envergure. Des panneaux solaires sont installés et des accords sont passés directement avec plusieurs fermes d’éoliennes du Nebraska et du Dakota du Sud. Résultat, en 2015, Aspen faisait tourner ses domaines skiables et alimentait quelques 2.400 ménages avec une énergie totalement verte. Finie l’utilisation du charbon pour alimenter des centrales. Avec ces efforts, Aspen compte avoir réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 30% sous la barre de 2004 à horizon 2020 seulement.

A horizon décembre 2018, la station de Squaw Valley compte bien n’utiliser que des énergies renouvelables. En partenariat avec son fournisseur d’électricité, la station de Californie devrait rejoindre sous peu Aspen dans le club très fermé des stations 100% vertes. Dans cette optique, Liberty Utilities (leur fournisseur d’électricité) n’a d’autres choix que de faire sortir de terre de nouvelles centrales solaires, en complément de celles dont elle dispose déjà. A l’image de l’impressionnante ferme Luning Solar, implantée sous les rayons du soleil du désert du Névada. Pour faire face aux pics de consommation sans recourir à des énergies fossiles, Squaw Valley travaille en partenariat avec Tesla. Objectif : l’installation d’une méga-batterie permettant de stocker de l’énergie.

ferme solaire
Centrale solaire Luning Solar dans le Nevada (c) Liberty Utilities

Il n’en fallait pas plus pour que la concurrence prenne le train en marche. Vail Resorts, premier opérateur de stations en Amérique du Nord, a pris le même genre d’engagement à horizon 2030. Les délais sont un peu plus longs, mais il est ici question d’une quinzaine de stations !

Tous ces engagements obligent les fournisseurs d’électricité à investir dans de nouvelles capacités de production. Notamment en solaire et en éolien. De facto, les capacités renouvelables augmentent et le recours aux énergies fossiles recule.

Et en France ?

Dans l’hexagone, plusieurs opérateurs ont annoncé recourir de plus en plus exclusivement à des sources renouvelables pour leur alimentation en énergie. C’est notamment le cas des stations pyrénéennes du groupe AltiService (Saint Lary, Font-Romeu…) ou des sites de la Compagnie des Alpes (Val d’Isère, Les Ménuires, Serre Chevalier, La Plagne…). Ils recourent exclusivement à l’électricité 100% verte produite par la Compagnie Nationale du Rhône (CNR). La Centrale Photovoltaïque de Susville (vidéo ci-dessous) est un exemple d’investissement récent de la CNR en matière de production d’énergie verte.

Petite distinction tout de même. En France où les stations n’ont pas un fonctionnement intégré comme aux Etats-Unis, on ne parle ici que de l’électricité nécessaire au domaine skiable. Toute l’énergie utilisée dans le reste de la station, notamment dans les hébergements, n’est pas concernée.

De plus, avec ce type de contrat, le fournisseur d’électricité s’engage à produire l’équivalent des volumes d’énergie consommés par les domaines skiables via des sources renouvelables. Ce qui arrive dans les fils électriques de ces stations est évidemment le mix classique du réseau électrique français : environ 20% de renouvelable uniquement.

Une station andorrane est allée plus loin en produisant sa propre électricité. La Société Hydroélectrique du Midi a conçu pour la station VallNord-Arcalis une véritable usine hydroélectrique. Capable de produire l’énergie nécessaire pour faire tourner le domaine skiable. Une dizaine de remontées mécaniques et une centaine de canons à neige pendant toute la saison hivernale.

Arcalis
Les montagnes andorranes (c) VallNord

Eric T.

Eric, spécialiste de l'univers de la montagne, a mis son baudrier et ses crampons de côté pour rédiger des articles pour : Altitude.news. Business, Nature et Alpinisme sont les trois rubriques principales dans lesquelles vous pouvez retrouver ses articles. Ce montagnard d'adoption est à l'affût d'histoire et d'anecdotes insolites à partager avec ses lecteurs. Pour le contacter directement : eric@altitude.news !

Voir tous les articles de Eric T. →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *