Les anti-ours dans le collimateur des associations

A l’approche du lâcher de deux ourses dans les Pyrénées, qui pourrait selon certaines sources intervenir dès ce week-end, les éleveurs se mobilisent. Certains promettent même de prendre les armes pour accueillir les nouveaux ours. Face à cette tension et aux risques de débordement, les associations de protection de la nature ont pris la parole.

Des peines de prison et de lourdes amendes

Dans un communiqué, elles rappellent la loi en matière de destruction ou de tentative de destruction d’une espèce protégée. Rappelons que l’ours en est une. Une quinzaine d’associations ont ainsi souligné que tuer une espèce protégée pouvait être puni d’ « une peine de 2 ans de prison et/ou 150.000 Euros d’amende ». S’il ne s’agit que d’une tentative, la peine est identique. Si l’opération est menée « en bande organisée, la sanction peut aller jusqu’à 7 ans d’emprisonnement et 750.000 € d’amende ». De quoi faire réfléchir les anti-ours désireux d’en découdre ?

Lire aussi : François de Rugy confirme le lâcher de deux ourses dans les Pyrénées

Illustration © France64160

Les anti-ours dans le collimateur des associations
4.3 (86.67%) 6 vote[s]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here