chasser ours

Chasser les bébés ours dans leur tanière ? C’est possible…

Désormais en Alaska, il est possible de chasser ours, loups et d’autres animaux avec des méthodes interdites depuis plusieurs années. Un retour en arrière pour les défenseurs de la faune sauvage. Un juste retour des choses pour les chasseurs d’Alaska, très présents dans la sphère politique de cet état américain.

Quand Trump annule une décision d’Obama

Début juin, l’administration Trump a officiellement mis fin à 5 ans d’interdictions de certaines pratiques de chasse controversées. Décidées par l’équipe de Barack Obama en 2015, ces règles étaient en désaccord avec les traditions de chasse et de pêche du peuple d’Alaska. C’est en tous cas un des arguments avancés pour accompagner cette levée des restrictions. A l’époque, l’Agence fédérale qui gère les parcs nationaux avaient considéré que les pratiques locales allaient à l’encontre de la mission fédérale de protection de la nature. Mais de quels usages est-il vraiment question ?

  • Utiliser la lumière artificielle (torches, projecteurs, lampes frontales) pour entrer dans les tanières des ours et y chasser adultes et enfants.
  • Appâter les ours avec du bacon ou des tartines de graisse.
  • Chasser les loups, y compris les chiots, durant la saison de mise bas.
  • Chasser les caribous lorsqu’ils nagent, depuis des bateaux à moteur.
  • Utiliser des chiens pour chasser l’ours noir.

Lire aussi : Une pétition dénonce, 3.000 € les 3 jours de chasse au chamois dans le Ventoux !

Au bénéfice de la chasse sportive ou des traditions séculaires ?

Pour les défenseurs de la nature cités par le Washington Post (en anglais) « le véritable objectif de l’État est de réduire la population de loups et d’autres prédateurs pour augmenter le nombre de caribous, d’orignaux et d’autres gibiers que les chasseurs sportifs aiment prendre ».

La Conférence des chefs de Tanana, qui représente 42 tribus d’Alaska, soutient ce retour en arrière. Car « les règles de 2015 menaçaient le mode de vie des tribus et les anciennes pratiques de gestion durable » rappelle l’Anchorage Daily News (en anglais) .

Ces règles ne s’appliquent pas dans les parcs nationaux d’Alaska mais bien dans les réserves naturelles fédérales.

Illustration © DR

Eric T.

Eric, spécialiste de l'univers de la montagne, a mis son baudrier et ses crampons de côté pour rédiger des articles pour : Altitude.news. Business, Nature et Alpinisme sont les trois rubriques principales dans lesquelles vous pouvez retrouver ses articles. Ce montagnard d'adoption est à l'affût d'histoire et d'anecdotes insolites à partager avec ses lecteurs. Pour le contacter directement : eric@altitude.news !

Voir tous les articles de Eric T. →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *