Fuji unesco

Le surtourisme menace le classement du Mont Fuji à l’UNESCO

Sur la célèbre montagne du Japon, il y a beaucoup de monde. Le classement du Mont Fuji à l’UNESCO pourrait-il être remis en cause ?

Quand le Mont Fuji est entré dans la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO, il était prévu que la gestion des visiteurs soit une priorité et surtout que leur impact environnemental soit minimisé. Dans un japon post-covid où les foules quittent les villes pour prendre un bol d’air frais en montagne, le problème des dommages environnementaux sur le Mont Fuji devient plus prégnant. A tel point que le statut de site classé à l’UNESCO puisse être remis en question. Depuis son classement en 2013, la fréquentation a fait un bond de près de 50%. Cet été 2023, près de 4 millions de visiteurs ont admiré la montagne, depuis son point d’accès le plus pratique, atteint via la route à péage Fuji Subaru Line.

Lire aussi : le cratère du plus célèbre volcan du Japon

Conséquences de la sur-fréquentation du Mont Fuji

Conséquence de cette sur-fréquentation : l’augmentation massive des déchets mais aussi des accidents avec toujours plus de randonneurs imprudents. Car l’ascension du Mont Fuji a beau n’être « qu’une randonnée », le sentier aboutit tout de même à 3.776 mètres d’altitude. Cette année, les sauvetages ont été multipliés par deux par rapport à la saison précédente. Avant l’été, les autorités japonaises se disaient prêtes à imposer des mesures pour limiter la fréquentation. Mais rien n’a réellement été mis en place. Ces derniers jours, le gouverneur de la région, Kotaro Nagasaki, a haussé le ton. Il a indiqué que le Japon devait agir pour s’assurer que le Mont Fuji n’allait pas perdre son classement à l’UNESCO.

L’UNESCO peut-elle retirer des sites de sa liste ?

Il y a quelques précédents. Notamment un site d’Oman retiré en 2007. IL avait été classé en 1994 pour la conservation de sa population d’Oryx. Mais les braconniers sont passés par là et les Oryx ont quasiment disparu. Le classement avec. Le comité de l’UNESCO peut aussi prendre la décision de placer un site sur une autre liste, celle du Patrimoine en danger. Elle compte aujourd’hui une cinquantaine de sites.

Illustration © Pixabay

4.5/5 - (6 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.