Interview de Denis Urubko sur sa future hivernale au K2

Denis Urubko a 44 ans. Il a réussi près d’une vingtaine d’ascensions sur des sommets de plus de 8.000m, dont plusieurs en hiver, sans apport d’oxygène. Il fut le premier au sommet du Makalu et du Gasherbrum II en hiver. Kazakho-polonais, il fait partie de l’expédition polonaise au K2 cet hiver.

Interview

Vous avez gagné une réputation d’être l’un des alpinistes hivernaux les plus forts. Vous allez maintenant clore la liste des 14 sommets de 8.000 gravis en hiver. Prêt à entrer dans l’histoire ?

Même si on réussit cette hivernale au K2, la liste ne sera pas complète. Le Broad Peak et le Gasherbrum I n’ont pas encore été gravi en hiver. (NDLR : le Broad Peak a été gravi un 5 mars et le Gasherbrum I un 9 mars, mais Urubko ne considère pas que ce soit de « vraie » hivernales, ça vaut pas un décembre ou un janvier !). Ce sera un super challenge d’organiser des expéditions sur ces deux montagnes dans le futur. Après çà, on pourra parler d’Histoire, peut-être. Evidemment beaucoup de gens voudraient écrire l’histoire, et je n’y fais pas exception. (…)

Que pensez-vous du style alpin actuel, plus léger, plus rapide, moins de temps, moins d’argent…

Oui, année après année, les alpinistes ont eu beaucoup de nouvelles opportunités grâce à ce style moderne. Technique, technologie, le développement de ces domaines règle beaucoup de petits problèmes en alpinisme. La nouvelle génération de grimpeurs a accès à plus d’informations ; une meilleure compréhension de l’acclimatation, de nouveaux crampons, des tentes, des réchauds… ça donne des possibilités de faire un pas en avant, d’agir avec moins d’hésitation… (…)

Le K2, spécialement en hiver, est un énorme challenge. Un challenge hivernal ou infernal ? Qu’est-ce qui rend cette montagne si complexe ?

Le K2 est un problème passionnant pour un alpiniste. C’est comme un rêve. Je ne peux pas utiliser le mot « infernal » pour qualifier un challenge si motivant. Personne ne veut aller en enfer. Notre équipe n’est pas faite de gens stupides. Nous voulons vaincre la montagne et atteindre cet objectif malgré les problèmes potentiels, les difficultés. Nous devrons faire face à des vents violents, des passages en glace, des températures très basses, les journées très courtes, les chutes de pierres et les avalanches. Ces conditions sont normales en hiver, nous devons juste nous y préparer ! (…)

Quelle est votre stratégie pour réussir cet ambitieux projet ?

De mon humble avis, la principale stratégie est toute simple : travailler dur, rester calme et prendre les choses comme un jeu. Mais je ne suis pas seul et nous avons besoin d’une approche qui corresponde à tout l’équipe. Les motivations et les avis des autres membres de l’équipe sont très importants pour moi. Je ne laisserai jamais tomber. J’essayerai de faire tout mon possible pour le succès de toute l’équipe. Toute la Pologne et beaucoup de gens dans le monde nous suivent. C’est mieux d’avancer avec tout le monde !

La suite de cette interview de Denis Urubko est disponible en langue anglaise sur http://www.explorersweb.com.

Illustration © Andrei Starkov

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here