Everest Chine

Ascension de l’Everest : le versant tibétain se développe

Historiquement développé côté népalais (Sud), le tourisme de l’Everest prend désormais son essor du côté chinois (Nord). Il y a quelques semaines, l’agence Altitude Junkies annonçait quitter le Népal pour installer ses expéditions commerciales sur le versant chinois. Une autre compagnie occidentale, Furtenbach Adventures, avait pris la même décision un an plus tôt. Alpenglow avait fait le déménagement en 2015. Le Népal regarde d’un drôle d’œil ces mouvements qui pourraient avoir un impact sur ses finances, via une baisse du nombre de permis d’ascensions.

Le côté népalais manque de régulation

Il faut dire que depuis l’époque des pionniers comme Adventure Consultants dans les années 90, les choses ont beaucoup changé. Côté népalais, des sociétés locales se sont greffées au juteux marché des expéditions commerciales. Avec des pratiques parfois montrées du doigt. Les gros opérateurs occidentaux facturent une expédition autour de 60.000 $. Ces compagnies népalaises avancent des prix autour de 30.000 $. Au début de leur présence, ils proposaient même des tarifs sous la barre des 20.000 $. Derrière ce dumping, les connaisseurs dénoncent les choix des compagnies népalaises en matière de sécurité.

La principale économie vient du guide qui accompagne les clients. Avec ces agences : plus de guide occidental répondant aux standards de formation UIAGM (Union Internationale des Associations de Guides de Montagne), les guides sont désormais népalais. Si certains sont certifiés, ce n’est pas le cas de tous, même s’ils ont souvent des expériences sur des sommets de plus de 8.000m.

Les autorités népalaises ne se sont pas – jusqu’alors – intéressées à ce qui se passait dans cette industrie. Sur les deux dernières années, 70% des décès à l’Everest concernaient des agences à bas prix.

Everest south
Everest – Camp de base népalais

Le Tibet, une valeur montante

Même si l’instabilité politique côté chinois peut refroidir certaines compagnies, les efforts du pays pour mettre en place une vraie infrastructure pour les grimpeurs sont réels.
Un complexe consacré à l’alpinisme devrait voir le jour d’ici à 2019 à une vingtaine de kilomètres du camp de base chinois. Il devrait comprendre un musée, un centre médical et une base d’hélicoptères dédiés au secours sur les pentes de l’Everest. Mais aussi des hébergements et des restaurants.

Ce nouvel équipement risque fort d’augmenter l’afflux de touristes chinois. Déjà, un train à grande vitesse relie Pékin au Tibet et une route goudronnée permet d’accéder au camp de base de l’Everest. Des milliers de touristes chinois font d’ailleurs le déplacement en cars de tourisme jusqu’au pied de la montagne.

L’itinéraire jusqu’au sommet, quant à lui, est d’une difficulté comparable à la voie népalaise. Les chiffres manquent pour avoir une idée claire du taux de réussite des alpinistes côté chinois. Il semble que de nombreux échecs et plusieurs accidents aient été passés sous silence par les autorités de Pékin.

Illustrations : Camp de base chinois : © Gail Morrison / Camp de base népalais : © Surajaley

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *