Cifuentes au Fitz Roy

Cifuentes au Fitz Roy, il abandonne sa traversée !

DERNIER UPDATE – 20/03/18 : Les conditions sont trop dures. Le vent, le froid. Pedro Cifuentes a pris la décision d’abandonner sa tentative : “cette année c’était impossible, peut-être l’année prochaine” a-t-il déclaré. Il redescend avec des gelures aux pieds. Il a passé plusieurs journées sans pouvoir avancer d’un mètre à cause des vents de Patagonie.
Il espérait boucler cette traversée en 45 jours, il n’aura finalement réussi qu’un tout petit bout du parcours. Mais après 1 mois et demi dans la paroi, il était temps pour lui de revenir sur la terre ferme !

07/03/18 : Cifuentes est venu à bout de la première difficulté majeure de sa traversée en solitaire : l’Aiguille Guillaumet. Ce sommet culmine à 2.579m. L’alpiniste espagnol a du faire face à la terrible météo de Patagonie : vents violents, neige, pluie. Seul, il a passé plusieurs jours d’attente dans sa tente rivée à la paroi, jusqu’à une fenêtre de beau temps. Près de 2 semaines ont été nécessaires pour cette première ascension, si des alpinistes entraînés peuvent réaliser cette voie en une seule journée e beau temps, c’est à deux, avec un équipement minimaliste. Cifuentes est seul et transporte 90kg de charge.

 

L’espagnol Pedro Cifuentes a attaqué les choses sérieuses dans sa traversée du Fitz Roy en solitaire. Parti le 11 janvier, il a passé les premières semaines à convoyer des charges de matériels et de vivres jusqu’au pied de la paroi. Quatre allers-retours chargé avec plus de 40 kg sur le dos. Il avait prévu de faire çà en deux semaines, il a presque tenu le délai !


Première difficulté : l’Aiguille Guillaumet

Désormais arrivé au pied de l’Aiguille Guillaumet, la première difficulté de la traversée, il est parti pour environ 40 à 45 jours (selon ses estimations). Ce premier sommet, qui porte le nom d’un des héros de l’Aéropostale, culmine à 2.579m. Surnommé « La Guillo » par les habitants de la région, cette aiguille n’est pas très difficile techniquement. Pour autant, en solitaire avec presque 90kg de charge à faire suivre, c’est une autre histoire.


La difficulté suivante sera l’Aiguille Mermoz, puis Val Biois avant de s’attaquer au plat de résistance, le Fitz Roy en personne ! C’est parti pour un enchaînement de près de 4.000m de dénivelé positif.

Eric T.

Eric, spécialiste de l'univers de la montagne, a mis son baudrier et ses crampons de côté pour rédiger des articles pour : Altitude.news. Business, Nature et Alpinisme sont les trois rubriques principales dans lesquelles vous pouvez retrouver ses articles. Ce montagnard d'adoption est à l'affût d'histoire et d'anecdotes insolites à partager avec ses lecteurs. Pour le contacter directement : eric@altitude.news !

Voir tous les articles de Eric T. →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *