Mellisa Arnot-Reid, l’Américaine aux 6 Everest !

C’est aux portes du Parc National des Glaciers que Melissa Arnot voit le jour à la toute fin de l’automne 1983. Dans un cadre aussi grandiose, elle ne pouvait être qu’hapée par la montagne. 9a n’a pas loupé. Dans les années 2000, Melissa Arnot devient guide. Cette montagnarde venue du Montana se concentre alors sur le Mont Rainier, un sommet très populaire aux USA. Il culmine à 4.392m. Comme d’autres font des dizaines de Mont Blanc, elle guide des clients sur le Mont Rainier pendant des années. Et être une femme guide, ce n’est pas une mince affaire.

Guide ? « Je n’étais pas respectée »

En 2016 dans une interview pour le magazine Climb, elle explique : « Quand j’ai commencé à travailler comme guide de montagne, je n’étais pas respectée. C’était évident, là, juste sous mes yeux. C’était ‘Oh, tu es sûre ? C’est sa première année en tant que guide, est-ce que la petite fille va être capable d’assurer ma sécurité ?’. Année après année, à mesure qu’elle gagne en expérience, elle gagne aussi en respect.

Très vite, elle débarque au Népal pour son premier Everest. Pour Esquire en 2014, elle raconte : « l’Everest a été bien plus dur que je l’imaginais. Je savais que ce serait dur mais un ami guide m’avait convaincu que ça l’était pas tant que çà ». Les ascensions s’enchaînent et alors que Melissa a déjà 5 Everest à son actif, elle pousse le curseur un peu plus loin. Elle avait déjà essayé mais jamais réussi. Après deux années sans Everest, pendant lesquelles elle réalise notamment la première ascension du Mustang Himal (6.279m), la roue tourne.

Le 6ème Everest : sans oxygène !

En 2016, elle décroche enfin le toit du monde sans oxygène (photo ci-dessus). « J’ai perdu beaucoup plus de masse musculaire que sur mes précédents Everest. Je pesais 5 kg de plus en partant  et ce n’était que du muscle » détaille-t-elle pour Outside. Elle devient ainsi la première américaine à arriver au sommet et à redescendre en vie, sans oxygène. Très peu d’alpinistes ont à ce jour réussi un tel défi. Au printemps 2019, deux grimpeurs uniquement ont gravi l’Everest sans bouteille. Pourtant, elle n’a « jamais voulu faire la chasse aux record, ce n’est pas ce que je fais, je vis ma passion » !

Lire aussi : Insolite, l’actrice Mandy Moore au Népal avec Melissa Arnot

Atteindre le sommet n’est pas tout : « la joie que vous procure le sommet, c’est une toute petite part… c’est dix minutes sur 65 jours d’expédition, et si vous n’appréciez pas le travail et les difficultés les autres jours, à quoi bon ? ». En 2012, elle co-fonde le Juniper Funds, une fondation qui aide les familles du Népal touchées par un décès en expédition.  

Illustration – screenshot © VisitSeattleTv

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here