La Chine va autoriser Nims Dai à gravir son dernier sommet !

L’attente a été longue pour le grimpeur Népalais Nirmal Purja, alias « Nims Dai », mais elle pourrait se révéler payante. Le dernier sommet de son Project Possible, le Shishapangma, était inaccessible cet automne. Par l’intermédiaire des autorités népalaises, cet ancien soldat des forces spéciales britanniques reconverti en alpiniste avait demandé un permis spécial. D’après les informations de l’Himalayan Times, l’Association d’Alpinisme du Tibet et la Chine aurait informé les Népalais de leur réponse positive. C’est désormais l’ambassade chinoise à Katmandou qui s’empare du dossier pour le faire aboutir le plus rapidement possible. Car l’heure tourne et l’automne défile. Pour optimiser ses chances de réussite, Nims devrait pouvoir se rendre au camp de base du Shishapangma au plus vite.

Pensant que sa requête n’allait pas recevoir de réponse positive, le grimpeur avait réfléchi à d’autres options. Il se préparait notamment à gravir la 15ème montagne la plus haute du monde, le Gyachung Kang, 7.952 mètres. Si ce permis exceptionnel délivré à Nims et son équipe se confirme, il n’en aura pas besoin.

Lire aussi : Un décès au Manaslu, Bargiel abandonne à l’Everest !

Une bonne nouvelle pour l’alpinisme ?

S’il grimpe le Shishapangma avant fin novembre, Nims confirmera son record de vitesse pour gravir les 8.000 de la planète. Jusqu’à présent, ce record est de 7 ans et 10 mois. Nims pourrait le pulvériser en tout juste 7 mois. Si l’intérêt pour un tel chronomètre peut sembler limité, c’est l’engouement international pour le projet de Nims Dai qui est intéressant. Pour la première fois, un grimpeur népalais s’est lancé dans un projet de grande ampleur, a réussi à trouver des sponsors, et est en passe de le réussir. Dans un pays où les alpinistes locaux sont depuis longtemps relégués au second plan, derrière les touristes ou alpinistes occidentaux, cet exemple tend à démontrer que les mentalités évoluent.  

Avant d’apprendre que sa demande de permis avait des chances d’être acceptée, Nims évoquait hier un sujet qui lui tient à cœur. Celui de la protection de la planète. « La planète est notre maison, nous devrions être plus sérieux à ce sujet, plus prudents » car « au final, si cette planète n’existe plus, nous n’existerons plus non plus ».

Illustration © DR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here