montagne altitude default

Arolla : la météo et une mauvaise appréciation du guide en cause

Quatorze le premier jour, ils n’étaient plus que 7 à la fin de l’histoire. Une histoire tragique d’accident en haute montagne, à une échelle heureusement assez rare. Mais que s’est-il exactement passé cette nuit du 28 au 29 avril dernier sur cet itinéraire au cœur des Alpes suisses, dans le secteur du Pigne d’ Arolla ?

Un parcours compliqué par mauvais temps

La météo prévue pour l’après-midi du 28 était assez mauvaise avec des vents violents, des chutes de neige et un épais brouillard. Le groupe de randonneur, conscient de ces prévisions, comptait donc arriver au refuge du jour, la cabane des Vignettes, avant midi. Histoire de passer avant le mauvais temps. Oui mais voilà, ce jour-là, le temps s’est détérioré dès le début de matinée. Les guides sont formels : par mauvais temps, c’est l’un des passages les plus délicats de la célèbre Haute Route. Cet itinéraire de haute montagne qui relie Chamonix (France) à Zermatt (Suisse) en quelques jours.

Rapidement, la visibilité devient très réduite. Impossible de bien mesurer les dangers environnants. Le refuge n’est pourtant pas bien loin. Par beau temps, une vingtaine de minutes peuvent suffire pour terminer cette journée. Si le soleil brille, il est aisé de trouver l’étroit passage qui permet d’accéder au refuge. Mais les rafales de vent dépassent les 100 km/h, la neige tombe abondamment et le brouillard ne se lève pas.

Deux guides suisses dans le secteur choisissent de faire demi-tour. Le guide italien qui mène le groupe fait le choix inverse. « Le guide était certainement un bon alpiniste, un bon guide, mais ce jour-là, il s’est trompé » confie Tommaso, un des rescapé, à la RAI 1. Avec près de 40 ans d’expérience et plusieurs sommets de 8.000m à son actif, le guide n’était clairement pas un débutant.

Une nuit terrible avant l’arrivée des secours

Alors il faut passer la nuit dehors, à près de 3.300m d’altitude. Des températures ressenties frôlant les -20°C. L’impossibilité de s’abriter. Le froid perçant. Tous les membres de deux groupes distincts, réunis par un destin commun, seront retrouvés le lendemain matin en état d’hypothermie. Certains déjà mort, d’autres en sursis pour quelques heures encore.

Le guide cherche vraisemblablement à s’éloigner du groupe, seul. Probablement pour aller prévenir les secours au tout proche refuge. Les téléphones étant inopérants dans cette zone loin de tous les réseaux mobiles. Dans le brouillard, il chute d’une barre rocheuse et meurt sur le coup.

Ce sont des randonneurs partis tôt le lendemain matin qui entendent des appels au secours. Ils préviennent immédiatement le Refuge des Vignettes qui appelle les secours. Sept hélicoptères sont alors mobilisés pour venir tenter de secourir le groupe, coincé dans une pente de glace. En trois heures seulement, tous les skieurs sont évacués. Arrivés sur les lieux les sauveteurs et médecins font face à un « véritable zone de guerre ». La température de l’un des randonneurs est mesurée à 10°C. Certains sont collés à la falaise, raidis par le froid. Ceux qui se sont endormis cette nuit là ne se réveilleront pas.

Illustration : cabane des vignettes par beau temps (c) cimaxi

4.7/5 - (7 votes)

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.