montagne altitude default

Guide de haute montagne : et si l’examen n’était pas la bonne méthode ?

Dans un récent article publié par le magazine américain Outside, Simon Akam raconte son expérience. Il a récemment assisté à des épreuves du « Probatoire », ce fameux examen qui permet d’entrer dans la formation de guide de haute montagne. Dans de nombreux pays, on devient guide de haute montagne via des formations internes dispensés par son employeur (comme une agence de guide). En France, la seule ENSA forme les guides.

L’auteur fait le parallèle entre l’ENA (Ecole Nationale d’Administration) et l’ENSA (Ecole Nationale de Ski et d’Alpinisme). Il note un fonctionnement adoptant la même logique : un examen à l’entrée qui « garantit » un travail à la sortie, avec peu d’attrition après l’entrée et une sélection basée sur une forme de performance. Comprenant que l’ENA n’a pas nécessairement créé les meilleurs profils pour diriger le pays mais une « enclave pour l’élite sociale », Akam se pose la question de l’ENSA, toutes proportions gardées. Au-delà du choc pour un anglo-saxon de découvrir un mode de sélection « très gaulois », avec éliminations jour après jour, son lot de candidats hyper-stressés et d’éliminés « dévastés », l’auteur pose des questions.

Lire aussi : Le parcours de Fleur, guide de haute montagne !

La sélection française, un système sûr ?

« Est-ce que le système de formation français, malgré tout son prestige, produit des leaders de la montagne meilleurs et plus sûrs ? » se demande-t-il. « Le choix du guide français reste largement déterminé par des critères étroits de compétence technique et de performance ». A l’image de parcours chronométrés comme des épreuves militaires. Des témoignages doutent de la pertinence de certaines épreuves par rapport à la réalité du métier de guide. Et de mettre en rapport ces modes de sélection et les comportements des guides sur le terrain. Il est question d’accidentologie : les guides français auraient plus d’accidents que les autres. Prendraient-ils plus de risques que ceux sélectionnés différemment dans d’autres pays ou serait-ce un effet du terrain et des conditions très spécifiques au Massif du Mont Blanc ? L’auteur n’apporte pas de réponse, il laisse le lecteur se faire une idée.  

Un reportage très intéressant à lire en intégralité sur Outside en ligne

Illustration © DR

Arnaud P

Passionné par l'univers de la montagne sous tous ses aspects, Arnaud est membre de la rédaction d'Altitude.News ! Originaire du sud de la France, ça ne l'a pas empêché de s'installer un temps en Savoie ! Il écrit des articles dans les catégories : Alpinisme, Rando/Trek, Business et Nature. Pour le contacter directement : arnaud@altitude.news !

Voir tous les articles de Arnaud P →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *